Chargement en cours

Synthèses rédigées par les étudiants du cours de Culture numérique

Note de lecture

Références du document annoté

La lutte contre les faux commentaires.

Ely Harel
Lathuillière, M. (2012). Commentaires sur internet: la lutte contre les faux commentaires se précise . En ligne : http://www.latribune.fr , consulté le 18/10/2013.
Marine Lathuillière
Licence : Tous droits réservés -- Copyright

Fiche de lecture

Lathuillière, M. (2012). Commentaires sur internet: la lutte contre les faux commentaires se précise . En ligne : http://www.latribune.fr , consulté le 18/10/2013.

Journaliste diplômée de l'Ecole de journalisme de Grenoble, Marine Lathuillière s'est spécialisée dans l'économie sous toutes ses formes.

Notre intérêt pour cette chronique va de paire avec l'attention portée aux blogs de marketing et faux commentaires qui y sont associés.

En effet, et selon l'article, ces « faux avis de consommateurs » tendent à prendre une place prépondérante sur la toile depuis trois ans, bernant ainsi les consommateurs potentiels à la recherche d'avis sur les produits. Ce secteur touche principalement l'hôtellerie et la restauration, comme le précise le président confédéral de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie.

Et puisque ce sont les avis de consommateurs qui conditionnent bien souvent le lecteur (77% des internautes tiennent compte des avis et des notes laissés par d'autres internautes selon une étude de la Médiamétrie), deux solutions ont été mises en place.

D'abord et depuis 2011, la DGCCRF étudie un par un les sites marchands à la recherche des cas frauduleux. En 2012, sur cent vingt-neuf sites contrôlés, l'organisme relevait des contentieux sur douze. Aucun de ces sites n'a cependant été jugé. Si tel était le cas, ils risqueraient une peine maximale de 2 ans de prison et 37 500 d'amende.

De ces fraudes, la DGCCRF a révélé quatre pratiques récurrentes : les faux avis sur facebook faisant l'éloge de la marque ou la diatribe de la concurrence, mais également les professionnels qui vantent leurs produits en se faisant passer pour des consommateurs impartiaux, ainsi que l'emploi d'une modération tronquée (en supprimant les commentaires contempteurs) ou enfin en engageant des entreprises d'e-reputation (retribution de gens en échange de faux commentaires)
La seconde solution est la mise en place par l'Association française de normalisation, en coopération avec une cinquantaine d'autres organisme, d'une charte des bonnes pratiques du professionnel. L'afnor explique que « le but est d'obtenir une norme applicable au plus grand nombre », norme qui si suivie fera l'objet d'une distinction sur le site du marchand, marginalisant les autres. Cette norme met par exemple en place la nécessité pour l'auteur du commentaire de se registrer (identité + contacts), de déclarer sur l'honneur dire la vérité, éventuellement prouver son achat. L'accès aux anciens commentaires de l'internaute sera possible, tout comme la possibilité pour le marchand d'y répondre.

La lutte contre les faux commentaires est donc en marche.