Chargement en cours

Synthèses rédigées par les étudiants du cours de Culture numérique

Note de lecture

Références du document annoté

Online Courses Put Pressure on Universities in Poorer Nations

How a teacher in El Salvador became an advocate of massive open online courses, and why hardly anyone listens to him yet.

Antonio Regalado
12 Novembre 2012, MIT Technology Review
MIT Technology Review
Licence : Tous droits réservés -- Copyright

Titre : Online Courses Put Pressure on Universities in Poorer Nations

Auteur : Antonio Regalado

Source : MIT Technology Review [ http://www.technologyreview.com/news/506336/online-courses-put-pressure-on-universities-in-poorer-nations ]

Date de publication : 12 Novembre 2012

      Cet article évoque l'impact des MOOCs sur l'enseignement supérieur hors des frontières états-uniennes, et plus particulièrement sur celui des pays pauvres, en citant le témoignage de Carlos Martinez, professeur de communication sans fil du département d’ingénierie électrique de l'université d'El Salvador.

      El Salvador est la seule université publique de San Salvador, et doit faire face à de nombreux problèmes, tant financiers que pédagogiques. Son budget annuel, à 60 millions de dollars pour 50.000 étudiants ( à titre de comparaison, l'auteur de l'article nous précise que c'est plus de 25 fois inférieur à celui de l'université du Michigan sans compter les frais annexes liés au campus ), ne lui permet d'accepter qu'un tiers des demandes d'inscriptions ; et les étudiants acceptés doivent faire face aux manques de moyens et de soutien approprié des professeurs. Dans le département où il est professeur, Martinez constate un taux de diplômés de 7% seulement, diplômes qu'ils mettent de plus 9 ans en moyenne à obtenir alors que leur cursus est prévu en 5 ans. Surtout, Martinez souligne qu'une partie du cursus est passée à enseigner des techniques informatiques obsolètes selon les méthodes pédagogiques mises en place dans les années 70, quand l'université ne disposait même pas d'ordinateur.

      Carlos Martinez a donc pris l'initiative d'inscrire une cinquantaine de ses étudiants à un MOOC d'edX sur les circuits électroniques, et organise sur son temps libre des séances de tutorat et des travaux pratiques. L'auteur établit ici un parallèle avec une expérience similaire menée par un professeur d'Oulan Bator, dont les élèves avaient eu de très bons résultats. Comme d'autres enseignants de facultés manquant de ressource, Martinez espère que ce genre de pratique permettra d'élever la qualité de l'éducation et de faire pression sur le corps enseignant pour qu'il s'adapte aux nouvelles réalités du monde d'aujourd'hui.