Chargement en cours

Synthèses rédigées par les étudiants du cours de Culture numérique

Note de lecture

Références du document annoté

Bitcoin : la chimère de la monnaie électronique

Frank Shostak
Type: Article de blog
Licence : Tous droits réservés -- Copyright

Le succès de Bitcoin suscite des interrogations quant à l’émergence d’une véritable monnaie privée qui permettrait d’échapper aux contrôles des banques.

Bitcoin, créé en 2009, est un bien numérique qui soit à la fois rare et parfaitement fongible.

L’espoir des économistes libertariens est que le Bitcoin prendra un jour la place de nos actuelles monnaies fiduciaires, qu’il nous ouvrira enfin les portes d’un nouvel univers de monnaies libres et concurrentes, et permettra ainsi de nous libérer de toute inflation.

L’auteur stipule que ceci n’est qu’une chimère. Il en explique les failles du système monétaire numérique. Pour bien voir la faille, il faut commencer par rappeler quelles sont les origines de la monnaie. Elle émerge comme solution aux problèmes d’une économie de troc en permettant de se livrer à des opérations d’échanges et de calculs économiques de plus en plus complexes. Autrement dit, la monnaie est ce contre quoi tous les autres produits, biens et marchandises s’échangent. Dans le système monétaire d’aujourd’hui, ce n’est plus l’or mais les pièces et les billets émis par l’Etat et les banques centrales qui représentent l’essentiel de la monnaie utilisée dans les transactions. Mais on ne doit pas oublier que c’est le lien historique avec l’or qui fait que, même aujourd’hui encore, nos monnaies sont acceptées en tant qu’instrument d’échange. Or le Bitcoin n’est pas une “chose”, il n’a rien d’un objet. Ce n’est que l’unité d’une monnaie virtuelle dépourvue de toute matérialité. Le Bitcoin n’a aucune existence matérielle. Moyennant quoi il est impossible d’imaginer qu’il puisse un jour remplacer nos monnaies actuelles.

Ainsi, le Bitcoin n’est pas une nouvelle sorte de monnaie qui en remplace d’autres, mais seulement une nouvelle manière d’utiliser la monnaie qui existe pour faire des transactions. Comme ce n’est pas vraiment une nouvelle monnaie mais seulement une façon différente d’employer la monnaie, il ne peut pas prendre sa place.