Chargement en cours

Synthèses rédigées par les étudiants du cours de Culture numérique

Note de lecture

Références du document annoté

It's a love at first kill

Warcraft avatars find real-life love

Stephanie Rosenbloom
NYTimes.com, avril 2011
The New York Times Company
Licence : Tous droits réservés -- Copyright

Cet article étudie une nouvelle forme de sociabilité, qui se développe dans les jeux vidéos en ligne, où les joueurs ont la possibilité de discuter, et ainsi de rencontrer d’autres joueurs qu’ils ne connaissaient pas auparavant, au cours d’une partie ; certains y trouvent même l’amour. L’article étudie ce phénomène à l’aulne du jeu de Fantasy en ligne World of Warcraft, qui peut fonctionner comme un réseau social, avec son système de messagerie instantanée, ou grâce à un logiciel de communication vocale.

Le journaliste commence par interroger Tamara Langman et John Bentley, qui se sont connu pendant une partie de World of Warcraft, pendant laquelle Tamara a réalisé un exploit (vaincre un démon particulièrement redouté) sous les yeux de John. Après cette partie, ils se sont retrouvés plusieurs fois dans ce jeu, avant de se donner rendez-vous dans le monde réel… Où ils sont maintenant en couple.

Cette histoire n’est pas unique, dans le monde des jeux vidéo multi-joueurs en ligne ; certains couples de joueurs ont même organisés sur internet le mariage de leurs avatars. Avec ses 12 millions d’abonnés, le journaliste fait remarquer que le jeu Wow compte plus de personnes inscrites que n’importe quel site de rencontre. Pendant de grands tournois de jeux vidéos, il n’est plus rare de voir des joueurs se tenir la main ou pousser des landaus. Certains joueurs ont ainsi eu un coup de cœur pour l’avatar d’un autre joueur, pour son apparence ou sa manière de jouer : un autre joueur a pu les tirer d’une mauvaise passe pendant le jeu,… Certaines relations ne sortent pas du plateau de jeu, les joueurs ne choisissant pas toujours de se rencontrer en vrai, en marge de leurs parties en ligne.

« Les jeux (en ligne) apportent aux gens quelque chose qui leur manque dans le monde réel, ils y expérimentent le besoin de l’autre comme s’il s’agissait d’une question de survie » déclare Ramona Pringle, productrice de médias interactifs et professeur de nouveaux médias à la Ryerson School of Image Arts de Toronto. Sur le site internet de Wow, les concepteurs du jeu précisent que, dans ce jeu, on peut jouer seul, mais que jouer en équipe permet d’avancer plus vite ; il en est de même en amour, remarque une joueuse, qui ajoute qu’un monde individualiste n’amène à rien, et que dans la vie on a besoin de quelqu’un qui ait des talents complémentaires, pour traverser les épreuves. Les jeux en ligne offrent aussi de nouvelles manières de s’exprimer ; on peut par exemple, si l’on est très timide, déclarer sa flamme à un autre joueur et s’enfuir aussitôt en se déconnectant du jeu. Ce genre de jeux vidéo multi-joueurs en ligne a pu aussi permettre à certains joueurs de se voir proposer par d’autres un travail,… Ce genre de jeux développe donc de nouvelles manières de se rencontrer.