Chargement en cours

Synthèses rédigées par les étudiants du cours de Culture numérique

Navigateur en mode texte
Navigateur en mode texte

La guerre des navigateurs

Meng Li, Alex Sampaio, Thomas Talbot (M1 Document numérique en réseau, ingénierie de l'internet)
Aujourd'hui, et ce depuis plus de vingts années, le monde de l'Internet est en évolution permanante. Nombreux sont les acteurs du web; utilisateurs, développeurs, concepteurs et grandes firmes, tous sont réunis autour d'un monde où les enjeux sont aujourd'hui très importants. De ce monde, en ressort une bataille entre les différents concepteurs d'outils permettant la navigation sur Internet, c'est ce qu'on appel la "Guerre des navigateurs", expression venant du terme anglais "Brower Wars" qui est employé pour annoncer la concurrence entre les différents navigateurs internet.
(déposé le 2013-12-18 15:45:17)

La guerre des navigateurs, “The browers war”

Aujourd'hui, et ce depuis plus de vingts années, le monde de l'Internet est en évolution permanente. Nombreux sont les acteurs du web; utilisateurs, développeurs web, concepteurs et grandes firmes, tous sont réunis autour d'un monde où les enjeux sont aujourd'hui très importants. De ce monde, en ressort une bataille entre les différents concepteurs d'outils permettant la navigation sur Internet, c'est ce qu'on appelle la "Guerre des navigateurs", expression venant du terme anglais "Brower Wars" qui est employé pour annoncer la concurrence entre les différents navigateurs internet.

L'histoire des navigateurs

L’historique des navigateurs

Il y a presque 23 ans, le 26 février 1991, le premier navigateur internet graphique fut créé : WorldWideWeb (renommé Nexus pour éviter l'ambiguïté avec le sigle WWW). Son créateur, Tim Berners-Lee fut un an plus tôt le principal fondateur du web et de ses standards tel qu'on les connaît aujourd'hui. Lors de sa publication, les utilisateurs du web ne "surfaient" qu'avec des pages en mode texte.

Navigateur en mode texte

Navigateur en mode texte

Copyright © 2003 - 2013 PC INpact SARL de presse
Licence : Tous droits réservés -- Copyright

C'est donc un changement majeur de la navigation sur le web que d'avoir un environnement graphique pour s'informer. C'est avec Nexus que les utilisateurs ont pu découvrir ces premières interfaces. En plus d'avoir du texte plus esthétique, nous voyions apparaître un autre type de média : les images. C'est donc une entrée vers l'ère des navigateurs.

Deux ans plus tard, Nexus est détrôné par l'arrivée, en janvier 1993, de NCSA Mosaic. Créé par Marc Andressen et Eric Bina, ce navigateur fut le navigateur graphique le plus populaire, notamment par sa compatibilité multiplateforme (Unix, Macintosh, Windows) qui donnera à ses descendants le modèle de navigation que nous connaissons aujourd'hui.

En 1994, la plupart des membres de l'équipe développant Mosaic ont fondé la société Netscape Communications Corporation et ont commencé à développer un nouveau navigateur : Netscape qui plus tard donnera naissance à Mozilla en 1998 et enfin Mozilla Firefox en septembre 2002. Dans cette même année, l'entreprise Spyglass a créé son propre navigateur internet en basant son code sur celui de Mosaic grâce à l'accord commercial qu'ils ont eu avec NSCA. C'est l'année suivante (1995), que Microsoft acheta une licence de Spyglass's Mosaic et ainsi développa le célèbre navigateur : Microsoft Internet Explorer. C'est alors que la guerre des navigateurs commença.

Rapidement, lorsque la version 4.0 de Microsoft Internet Explorer fut sortie en octobre 1997, ce dernier détrôna Netscape et pris le pouvoir dans la guerre des navigateurs pendant de longues années.

C'est à partir de 2002 que le rêve de Microsoft commença à s'éteindre peu à peu. En effet, c'est durant cette période que la société Mozilla conçut son navigateur éponyme. En peu de temps, il devient le deuxième navigateur le plus célèbre au monde. Dès lors, Firefox eut tellement de succès qu'il grimpa rapidement sur le marché ce qui inversa la courbe d'Internet Explorer.

Et enfin, c'est en décembre 2008 que Google Chrome fit son apparition et, avec l'aide de la notoriété de son concepteur Google (notamment son moteur de recherche, qui, aujourd'hui est le plus utilisé au monde), il monta en flèche et c'est finalement en mai 2012 que Windows Internet Explorer prit la seconde place dans la guerre des navigateurs.

Notons l’existence de Safari (le navigateur natif de MacOS X sorti en 2003) qui est actuellement beaucoup moins utilisé que les 3 navigateurs cités précédemment. Cependant, il arrive à tirer son épingle du jeu dans l'univers mobile où il devance aujourd'hui Firefox.

C'est ainsi qu'aujourd'hui, le monde se divise en quatre importantes parties :

  • Google Chrome
  • Windows Internet Explorer
  • Mozilla Firefox
  • Safari

Histoire du ballot screen

En 2010, alors que Microsoft domine le marché des navigateurs, une histoire vient modifier la hiérarchie de ces derniers. En effet, la firme américaine se voit accusée de concurrence déloyale, et fait l'objet d'un procès pour "abus de position dominante", procès intenté par l'Union européenne. Cet épisode est ce qu'on appelle le "Ballot Screen".

En réponse à ce procès et pour éviter toutes concurrences déloyales par rapport aux autres navigateurs, Microsoft est contraint à mettre en place par le biais d'une mise à jour de son système d'exploitation une "sélection du navigateur" pour l'utilisateur. Avec cette mise à jour, l'utilisateur peut choisir d'installer le navigateur de son choix parmi 12 navigateurs proposés où Chrome, Firefox, Opéra, Internet Explorer et Maxthlon figurent en tête de liste.

Choix du navigateur

Choix du navigateur

Page du choix de navigateur lors de la mise à jour de Microsoft Windows
Licence : Licence inconnue -- D.R.

On peut constater depuis 2012 et la sortie de Windows 8 que Microsoft ne propose plus cette mise à jour. Cependant, elle devra soit refaire surface si d'ici 2014 la firme américaine ne trouve pas une solution subsidiaire.

Cet épisode est donc le moyen, d'une part de faire jouer la concurrence entre les navigateurs, mais aussi, un moyen de se faire connaître. Cependant, parmi les 3 "grands" navigateurs que sont Internet Explorer, Google Chrome et Mozilla Firefox, des différences subsistent et l'on va dire que la concurrence n'est pas parfaitement égale. En effet :

  • Internet Explorer est installé d'office sur les systèmes de la firme américaine,
  • Google bénéficie d'un fort trafic et des publicités omniprésentes comme "Surfez plus vite" permettant l'installation de son navigateur Chrome,
  • Firefox ne possède pas une chance d'être installé aussi facilement, il doit être connu de l'utilisateur et donc se faire une place.

Depuis 2010, les choses ont changé, aujourd'hui Google avec son navigateur Chrome et Mozilla avec son navigateur Firefox sont les deux grands leaders, la raison ? Une présence sur la toile très importante. Pendant qu'Internet Explorer se voit doté de nouvelles montures de façon annuelle, Google et la fondation Mozilla mettent à jour leur navigateur respectif de manière très rapide. De plus, les personnes dites "non professionnelles" commencent à distinguer l'Internet et le navigateur Internet Explorer lui-même, chose qui n'était pas le cas dans les années 2000.

Finalement, cet épisode du Ballot Screen a beaucoup joué sur l'évolution du marché des différents navigateurs. Même si Microsoft a su trouver une solution afin de répondre à ce procès, Chrome et Firefox ont su tirer leur épingle du jeu et se démarquer.

Chef d'orchestre, concurrence, le web d'aujourd'hui

Qui dirige l’évolution du web, développeur et W3C ou créateurs de navigateurs ?

La concurrence entre les navigateurs permet néanmoins d'avoir des navigateurs qui sont toujours à jour vis-à-vis des dernières technologies web. C'est surtout vrai depuis les deux dernières années et que le langage HTML 5 est correctement implanté et accepté par tous. Durant la période où HTML 5 était en cours de “validation” les navigateurs n'étaient pas tous sur la même longueur d'onde. Certains acceptaient les dernières technologies (balises vidéos, localstorage, CSS3) tandis que les autres attendaient la version officielle de HTML 5. A présent, les navigateurs sont dotés de mises à jour fréquentes, certains même, se mettent à jour de manière automatique (Chrome de Google notamment).

Cependant, chaque internaute a son navigateur favori, et ses opinions concernant les différents navigateurs du marché. Il serait bien évidemment intéressant de voir ce que pourrait donner un navigateur créer par tous et pour tous. Le monde du web reste un milieu très collaboratif, et ce serait donc un vrai pas en avant de réussir à concevoir un navigateur avec les points forts de chacun des navigateurs existants. Ce n'est évidemment pas si simple, car tous ces navigateurs fonctionnent avec des moteurs de rendu différents (Gecko pour Mozilla, Webkit pour Safari, et nouvellement Blink pour le navigateur de Google).

Finalement, si chaque firme travaille sur son navigateur, nous pouvons nous demander qui dirige réellement le web ? Est-ce les équipes du W3C mettant en place les normes ou sont-ils contraints de s'adapter aux capacités des différents développeurs ?

Les différences entre les navigateurs (typiquement les codecs)

Utilisation de tests

La guerre qui oppose les navigateurs n'est visiblement pas qu'un combat, c'est aujourd'hui devenu un argument marketing. Pour savoir qui est le meilleur, les chercheurs ont essayé tous les tests possibles, le plus populaire est le test Acid.

Le test Acid est mis en place par le groupe Web Standards Project et développé par Ian Hickson en 2008. Il est destiné à soumettre les moteurs de rendu à une série de tests vérifiant leur capacité à supporter un choix de fonctionnalités relevant de différents standards du Web. Acid Test est aujourd'hui à sa version 3.

Acid Test 3

Acid Test 3

Résultat d'un test Acid3
© M6 WEB 2013
Licence : Tous droits réservés -- Copyright

Le test Acid permet de comparer les navigateurs selon certains critères comme les performances, le rendu Javascript, les rendus de Canvas ou encore l'occupation mémoire. L'objectif était de proposer une série de cent tests dont la note globale est un score sur cent. Acid3 cherchait donc à analyser le support de cent technologies "représentatives", mais la qualité du rendu était également un point important.

Récapitulatif d'un test Acid 3

Récapitulatif d'un test Acid 3

Récapitulatif d'un test Acid 3 sur différents navigateurs

Aujourd'hui le test Acid est de plus en plus critiqué, en effet beaucoup de navigateurs obtiennent un score élevé alors qu'ils ne sont pas à jour, de plus, les internautes choisissent de plus en plus leur navigateur.

Le futur et les technologies à venir

Utilisation de framework

Depuis ces trois dernières années, beaucoup d'outils d'aide à la création de sites internet ont vu le jour, c'est ce qu'on appelle les Frameworks. Même s'ils ne sont pas nouveaux, ils sont de plus en plus nombreux et de plus en plus utilisés par les développeurs. Frameworks HTML, CSS (KNACSS), HTML/CSS (Bootstrap, BoilerPlate), Javascript (ModernizR), ils contribuent de manière générale à l'avancé du Web.

Bien que des frameworks soient uniquement dédiés à l'apparence, certains permettent d'utiliser les navigateurs de manière moderne, comme s'ils étaient conformes aux dernières normes HTML5. C'est ceux qu'on appelle des "Polyfill". Concrètement, un Polyfill est un "pseudo" framework, une librairie, écrite en Javascript qui va permettre aux anciens navigateurs d'être pourvues des dernières fonctionnalités. Le Polyfill est donc une technologie servant à “équiper” des navigateurs de fonctions récentes.

On le sait, de nos jours, les technologies du web avancent/évoluent très vite, et les navigateurs eux-mêmes subissent des évolutions importantes de manière relativement régulière. C'est là que la mise en place du Polyfill est importante et intéressante. Avec eux, un navigateur ancien (ne prenant pas en compte les technologies d'HTML5) va pouvoir être utilisé et être considéré comme un navigateur de dernière génération. (Par exemple, le localstorage pour Internet Explorer 7).

Dans la course au développement des navigateurs, il est forcé de constater qu'avec l'utilisation de technologies telles que les polyfills, les navigateurs que l'on peut qualifier de "en retard" par rapport à la concurrence peuvent se permettre de passer à côté de mises à jour régulières (notamment Internet Explorer). C'est ensuite à la tache du développeur d'intégrer ces nouvelles technologies qui vont permettre aux sites d'être le plus adapté possible à tous les navigateurs (récents ou anciens).

De nos jours, rares sont les sites n'utilisant pas de frameworks reconnus et de solutions dites “maison”, notons aussi que les frameworks HTML/CSS sont aussi le moyen d'étendre le web à l'univers des mobiles.

Expansion du web sur les mobiles

Au début de l'ère mobile, les navigateurs mobiles n'étaient pas très nombreux et Opera et Dorphin dominaient cet univers. Aujourd'hui, les grands navigateurs de l'Internet tels qu'on les connaît (Google, Mozilla) ont repris le monopole tant leurs présences sur le web sont aujourd'hui importantes. Depuis la fin 2011, les grands groupes ont investi dans le milieu mobile, aujourd'hui, on les retrouve donc logiquement aux premières loges. Avec la rapidité de l'évolution des outils mobiles (smartphones, tablettes), ils ont su rattraper leur retard.

Du côté d'Apple, Safari reste toujours leader, mais Google compte bien détrôner son concurrent. La firme du moteur de recherche bénéficie de sa popularité, et dépassera sûrement Safari dans les années à venir sur les appareils à la pomme. D'autres géants du web sont aussi dans la course, Amazon et Facebook ont aussi quelques idées pour venir prendre des parts de marchés à Google et Mozilla. Facebook a dans l'idée d'acheter Opera qui a longtemps dominé, et qui est depuis l'arrivée de Google Chrome en déclin. Amazon, lui, a des projets avec son lecteur de livre.

Il faut bien prendre conscience que toutes ces concurrences permettent de progresser techniquement et oblige chaque grande firme à évoluer ou même changer complètement leurs technologies. Aujourd'hui, certains préconisent même de concevoir ses applications ou ses sites dans un premier temps sur les supports mobiles, et ensuite de les adapter sur les supports desktop.

 
 

Notes de lecture

La concurrence entre les navigateurs web s’intensifie

Internet mobile: la guerre des navigateurs fait rage entre Google, Apple, Microsoft et Opera

What is a Polyfill?