Chargement en cours

Synthèses rédigées par les étudiants du cours de Culture numérique

Etablissement du Dauphin, à Bernin
Etablissement du Dauphin, à Bernin

Que deviennent les manuels scolaires avec la culture numérique?

François Herrmann, Laura Lelièvre, Justine Benard, Master 1 Edition Mémoire des Textes
(déposé le 2014-12-03 11:11:24)

Nous pouvons tout d’abord définir les manuels scolaires comme des ouvrages « conçus dans l’intention, plus ou moins explicite ou manifeste [...] de servir de support écrit à l’enseignement d’une discipline au sein d’une institution scolaire». En effet, les manuels sont beaucoup utilisés par les professeurs ou les instituteurs, et sont adaptés à tous les niveaux d'études et toutes les matières : de même, ils constituent véritablement une base de travail à part entière, puisqu'ils contiennent des exercices d'adaptation pour prolonger ce qui a été vu en classe. 

Cependant, avec la présence croissante de l'informatique, du numérique, on peut se poser la question de l'évolution du manuel scolaire. Il est de plus en plus fréquent que les institutions scolaires utilisent Internet comme support, au détriment des manuels imprimés : nombreux sont les sites web dédiés au développement scolaire des élèves, comme les « manuels numériques » ou également les cahiers de texte en ligne. De même, actuellement, le gouvernement met en place plusieurs réformes pour intensifier le numérique dans les établissements scolaires, lesquels recherchent une plus grande efficacité et une adaptation de leurs enseignements au progrès constant. Dès lors, n'y aurait-il pas un risque que le numérique prenne totalement le pas sur le manuel scolaire et qu'il le remplace définitivement comme support d'enseignement?

Il faut donc se demander jusqu’à quel point l'utilisation du manuel scolaire et, plus globalement, les pratiques pédagogiques utilisées par les professeurs, sont influencés par le numérique.

Après avoir exposé les avantages et inconvénients de la croissance du numérique, il conviendra d'étudier les différentes réformes mises en place pour le gouvernement pour augmenter la formation des enseignants et des élèves ainsi que l'utilisation du "manuel numérique". Cela débouchera sur l'examen des nouveaux outils, ce qui nous permettra de terminer par l'accueil du numérique en France ainsi que la comparaison avec les pays étrangers.

Les différentes facettes du manuel numérique

Pour commencer, le fait que le numérique prenne le pas sur le manuel scolaire constitue aujourd'hui un vrai débat : certes, le manuel en ligne est approuvé par les institutions scolaires, mais cela crée également plusieurs problèmes par exemple en ce qui concerne le domaine de l'édition.

Les nombreux usages du numérique à l'école

Actuellement, nombreux sont les professeurs et instituteurs qui abandonnent le manuel scolaire au profit de l’outil informatique pour leurs enseignements. En effet, les travaux pratiques ou dirigés se font non pas à partir du livre imprimé mais plutôt sur la base de CD-ROM, de DVD, de tablettes tactiles, et autres ressources numériques, ce qui permet aux élèves de se familiariser de bonne heure avec l'informatique et de trouver un attrait nouveau aux enseignements, puisque étudier grâce au numérique paraît moins monotone que de travailler sur papier, avec les livres scolaires. Ainsi, les écoliers sont plus motivés. De plus, ces usages apparaissent divers et variés : ainsi, Internet est privilégié au détriment des manuels imprimés pour faire des exercices ludiques et interactifs, ou aussi pour effectuer des recherches en ligne dans le cadre d'un exposé ou de travaux dirigés de groupe. Cette enquête révèle que l'usage du livre sur papier est de plus en plus marginal puisqu'il était surtout utilisé pour appliquer les connaissances et faire des exercices : or, cette activité se fait principalement par le biais du numérique. Il y a à cet égard une rupture importante dans les enseignements.

Ensuite, un article du Monde datant du 12 septembre 2014 pose cette question complexe de l'évolution des institutions scolaires à l'aune du numérique : ainsi, l'arrivée de l'informatique dans les écoles est considérée comme une nécessité, c'est-à-dire quelque chose d'absolument obligatoire. A cet égard, l'apprentissage de ce nouvel outil est dispensé aux élèves comme un enseignement à part entière. Cet article développe également d'autres avantages de l'intrusion du numérique dans le système scolaire : ainsi, les élèves en grande difficulté ou en échec scolaire peuvent bénéficier de sites adaptés, de plates-formes de soutien, afin de rattraper leur retard avec de nombreux exercices. Toutes les matières sont concernées, notamment les mathématiques, les sciences physiques, l'histoire, la géographie. De plus, ce système de soutien en ligne, aussi appelé manuel numérique en ce qu'il tend à remplacer progressivement le livre imprimé, est de plus en plus attractif puisqu'il permet à chaque élève d'être plus autonome, d'apprendre à travailler seul et à son rythme, sans l'aide nécessaire de ses parents : cela s'appelle "the adaptive learning". D'ailleurs, la vidéo ci-dessous rappelle les multiples avantages offerts par le numérique à l'école : http://youtu.be/uQ4cjw11VIk,

Faire entrer l'école dans l'ère numérique
Faire entrer l'école dans l'ère numérique (Vidéo)

Vidéo

Transmettre des savoirs à des enfants qui évoluent depuis leur naissance dans une société irriguée par le numérique et donner à chacun les clés pour réussir dans sa vie personnelle, sociale et professionnelle future nécessitent de repenser en profondeur la manière d'apprendre et d'enseigner ainsi que le contenu des enseignements. Vincent Peillon, ministre de l'éducation nationale, a présenté la stratégie pour le numérique à l'École le 13 décembre 2012, en présence de Fleur Pellerin, ministre déléguée chargée des petites et moyennes entreprises, de l'innovation et de l'économie numérique.
YouTube
Licence : YouTube Standard Licence

ainsi que ces deux diagramme en barres.

Principaux avantages de la tablette numérique tels que perçus par les enseignants

Principaux avantages de la tablette numérique tels que perçus par les enseignants

Tous droits réservés
Licence : Tous droits réservés -- Copyright

Pour résumer, il y a réellement d'une césure nette avec les méthodes d'apprentissage traditionnelles : d'une part, le métier d''enseignant doit être intégralement repensé puisqu'il doit s'adapter aux nouvelles technologies, puis sensibiliser de plus en plus tôt les élèves à la croissance et aux problèmes du numérique. D'autre part, le manuel scolaire semble de plus en plus marginalisé puisque les travaux se font à travers des livres non pas imprimés mais numériques : à cet égard, le manuel imprimé a-t-il encore une quelconque utilité dans ce nouveau système?

Des exemples concrets

Ensuite, non seulement pour illustrer cette notion de manuel numérique et montrer sa prétention à reproduire les fonctions d'un livre scolaire imprimé et traditionnel, mais également pour en souligner les avantages, nous nous attarderons sur deux exemples précis.

- Tout d'abord, Canopé est un site très riche où on trouve notamment des cours illustrés, des vidéos et des films ludiques contenant les acquis fondamentaux de tous les niveaux d'études, c'est-à-dire de l'école maternelle au lycée, et ceci dans tous les savoirs étudiés à l'école. Cette insertion des médias permet une nouvelle fois aux écoliers d'être autonomes, de travailler hors de l’école, et voit leur motivation renforcée grâce à l'attrait manifeste de l'image et du son. Par exemple, l'animation ci-dessous explique de façon amusante et vivante le fonctionnement de l'adjectif qualificatif : http://youtu.be/Hf_Emf5-uF0,

Le rôle des adjectifs qualificatifs est fondamental
Le rôle des adjectifs qualificatifs est fondamental (Vidéo)

Vidéo

YouTube
Licence : YouTube Standard Licence

Mais, de façon plus large, le site contient aussi des vidéos sur une pluralité de domaines, que ce soient les civilisations antiques, ou différents volets de la philosophie. Ainsi donc, ce site, qui remplit tous les champs possibles de la connaissance, et a pour but de démocratiser l’accès à l’éducation et au savoir, et d'accompagner les élèves en difficulté. Il s'agit bien d'un manuel scolaire numérique, plus attractif puisqu'il est bien entendu impossible de trouver des vidéos ou des films sur un livre pédagogique traditionnel. Donc, Canopé révèle que le livre pédagogique imprimé est assujetti à la croissance du numérique.

- Ensuite, Sésamath est une association qui dispose de plusieurs sites Internet et de logiciels éducatifs sur lesquels les élèves peuvent trouver des cours, ainsi que de nombreux exercices d'application sur tous les aspects des mathématiques : il s'agit pour les élèves qui auraient du mal à suivre les cours dispensés par le professeur de parfaire leurs connaissances dans cette discipline d'une autre façon, en reprenant les points qu'ils n'auraient pas compris. Les exercices font à cet égard l'objet de corrections animées, lesquelles apportent une touche ludique et plus vivante que les livres imprimés, où le travail se fait uniquement sur papier, de façon magistrale. La vidéo ci-dessous montre un enseignant présentant de façon détaillée Sésamath : http://youtu.be/FXx-zt8nP9A

Manuel numérique Sésamath 4ème Présentation
Manuel numérique Sésamath 4ème Présentation (Vidéo)

Vidéo

YouTube
Licence : YouTube Standard Licence

Ensuite, les sites de l'association sont nombreux : on peut citer par exemple Mathenpoche, logiciel très complet qui est destiné à tous les niveaux d'études, de l'école primaire à l’enseignement supérieur.

Mathenpoche

Mathenpoche

Le site Mathenpoche, de l'association Sésamath
Tous droits réservés
Licence : Tous droits réservés -- Copyright

En effet, les écoliers de CM2 et les collégiens ont la possibilité de télécharger des manuels de cours et d'exercice découpés en chapitres et en notions, comme le montre l'image ci-dessus. Cela leur permet de travailler à leur rythme, et de façon ludique. Il y a également une application qui contient des contrôles d'entraînement sous forme de QCM ou d'exercices : les élèves peuvent s'auto-évaluer et préparer efficacement des devoirs surveillés en classe. Il y a donc une autonomie croissante des écoliers permise par ces sites de soutien pédagogique. Ensuite, Sésaprof, créé en juin 2008, est un autre site dépendant de Sésamath, mais dédié uniquement aux professeurs : il s'agit d'un espace protégé, dans lequel les enseignants doivent créer un compte, et peuvent ainsi corriger des exercices que les élèves auraient fait en ligne, puis échanger avec eux de façon interactive, ce qui engendre un dialogue constructif, rendu plus difficile en classe du fait de la présence des autres élèves. Donc, Sésamath est une bonne illustration de cette émergence du manuel numérique, et en éclaire de façon manifeste les avantages, puisque les élèves découvrent une nouvelle façon d'étudier, ce qui peut être productif pour leur réussite scolaire.

Mais le numérique dans le domaine scolaire suscite aussi des problèmes

Après avoir évoqué les nombreux apports du manuel numérique dans le système scolaire, en les illustrant par des exemples, voyons à présent quel pourrait être le revers de la médaille. En fait, cela se ressent surtout dans le domaine de l'édition : en effet, si l’utilisation du numérique dans le cadre pédagogique tend à se généraliser, il est évident que la demande globale de manuels scolaires imprimés va aller en diminuant, ce qui va provoquer un important manque à gagner pour les maisons d’édition. Par exemple, les grands groupes Nathan, Bordas, Hachette, pour ne citer que ceux-là, sont spécialisés dans le domaine scolaire, et risquent d'être gravement affectés par cette croissance du numérique, avec un chiffre d'affaires qui va péricliter très sensiblement. A cet égard, d'après un article de la Croix, quotidien français, qui date du 9 juillet 2014, "le marché de l'édition scolaire est en berne", voire au bord de l'asphyxie : ainsi, il est bien dit que le manuel scolaire imprimé est de moins en moins utilisé, puisque le budget de l’État alloué à l'achat de livres pour les collégiens a été divisé par trois environ en un an, c'est-à-dire qu'il est passé de 65 à 20 millions d'euros. Pour comparaison, ce chiffre s'élevait à 90 millions d'euros dans les années 1990. Cet effondrement peut s'expliquer surtout par l'essor du manuel numérique : d'après les prévisions de Thierry de Vulpillières, directeur des partenariats de l'éducation chez Microsoft France, "d'ici à dix ans, le manuel pourrait devenir exclusivement numérique". Cette formule signifie qu'Internet sera bel et bien de plus en plus utilisé par les enseignants ou les élèves comme support de cours ou pour faire des exercices d'application : à cet égard, Sylvie Marcé, Présidente et Directrice Générale de la maison d'édition Belin (également spécialisée dans le domaine scolaire) disait, dans ce même article, que « le support papier pourrait être réservé à des tâches réflexives, à la lecture de récits, tandis qu’on exploitera mieux les avantages du numérique en termes d’interactivité, de simulation, d’intégration de médias telles que la vidéo ou les cartes interactives ». Donc, l'édition scolaire est bel et bien affectée par ce progrès constant du numérique, et qu'il pourrait en résulter une «perte de pertinence des manuels», puisque les cours, les exercices et autres ressources pédagogiques sont désormais disponibles sur Internet. Ainsi, les maisons d'édition scolaire doivent affronter un enjeu de taille, à savoir s'adapter à cet essor incessant du numérique.

De plus, il faut relever un autre inconvénient majeur : dans un article du journal Vousnousils, sous couvert d'anonymat, un directeur de collège révèle la réalité de sa situation: « un seul enseignant de l’établissement à testé la tablette avec ses élèves, en cours de technologie. Et il se plaint de problèmes de stockage pour les vidéos, de l’absence de Wifi pour se connecter partout dans l’établissement et de l’absence de port USB pour y remédier ». Donc, il y a bien les aléas techniques. Mais cela va plus loin que cela : de fait, certains professeurs voient l'arrivée des tablettes comme nocifs. Par exemple, selon Bruno Modica, enseignant d'Histoire-Géographie et président de l'association les Clionautes, sa distribution dès le plus jeune âge provoquerait la dispersion des élèves durant les cours ainsi que la perte de l'acquis de la concentration et de l'effort. En effet, travailler sur le numérique signifie être en groupe, ce qui peut à terme être contre-productif. De même, se développe la crainte que la proximité avec l'écran et les logiciels informatiques donne aux élèves des difficultés à apprendre à lire et à écrire qui sont les notions de base de l'éducation. Il pourrait en résulter une baisse du taux de réussite scolaire. Or, les enseignements à base du manuel imprimé évitent ce problème car les travaux dirigés et collaboratifs sont moins nombreux et l'écolier travaille plus par lui-même. Donc, l'intrusion du numérique dans les cours implique de ce fait une nécessité d'adaptation aux problèmes qui lui sont liés, et qui apparaissent plus nettement dans le document ci-dessous :

Principaux désavantages de la tablette numérique tels que perçus par les enseignants

Principaux désavantages de la tablette numérique tels que perçus par les enseignants

Tous droits réservés
Licence : Tous droits réservés -- Copyright

En somme, il ne faut pas réduire l'essor de la modernité simplement à ses avantages, mais montrer qu'il y a des inconvénients notables, qui ouvrent un vrai débat sur cette question du numérique dans le système scolaire.

Pour résumer ce premier aspect, l'insertion croissante du numérique dans les écoles a de multiples avantages, à savoir une refonte totale des pratiques pédagogiques de l'enseignant, et des méthodes de travail de l'élève, qui est plus autonome et plus motivé grâce à la forme ludique que peuvent contenir les sites de soutien scolaire, avec les multimédias. Mais cependant, les inconvénients doivent être relevés puisque le marché de l'édition doit pâtir de cette évolution : les ventes de livres pédagogiques imprimés diminuent irrémédiablement. Donc, cette question du manuel scolaire et du numérique constitue un vrai débat de société. Mais il s'agit aussi d'un problème politique : récemment, le gouvernement a ordonné de nombreuses mesures visant à renforcer le poids de l'outil informatique dans les écoles, dans le but de les ouvrir à la modernité.

Les réformes gouvernementales

Au cours de ces dernières années, le gouvernement avait pour but affiché de faciliter l'insertion du numérique et de l'informatique dans le système scolaire, afin d'offrir aux écoliers et aux étudiants des enseignements de meilleure qualité, adaptés au monde moderne. Après avoir exposé plusieurs des moyens mis en oeuvre pour atteindre cet objectif, que ce soit pour améliorer la formation des élèves et des enseignants ou pour augmenter l'usage du manuel numérique, nous développerons un exemple concret, pour illustrer le volet politique de cette question.

Tout d'abord, des réformes pour former les écoles au numérique

Pour commencer, le gouvernement a bien compris que l'intrusion du numérique dans le système scolaire est une nécessité, c'est-à-dire quelque chose qui ne peut pas être remis en cause : pour s'adapter aux mutations de la société, les écoles se doivent de proposer une formation solide et approfondie à l'univers du numérique, et de l'intégrer le plus possible aux enseignements, afin que cela soit profitable aux élèves pour leur réussite scolaire et leur avenir. Dans cette optique, Axelle Lemaire, secrétaire d’État du Numérique, a annoncé récemment son intention de brancher toutes les écoles en haut débit : ainsi, environ 38000 écoles sur un total de 54000 en France ont accès à Internet en haut débit. Cette image montre des écoliers de l'établissement des Dauphins à Bernin en train d'utiliser un Ipad.

Etablissement du Dauphin, à Bernin

Etablissement du Dauphin, à Bernin

Des écoliers utilisent un I-Pad
Tous droits réservés
Licence : Tous droits réservés -- Copyright

Cette mesure s'accompagne du programme "collèges connectés" issu d'une collaboration entre les ministères de l'Education Nationale, de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche. En septembre 2013, 23 établissements scolaires disposés aux quatre coins de la France ont été sélectionnés pour y participer, comme par exemple à Rouen, Lille, ou encore Toulouse. D'après un article du Monde datant du 16 septembre 2013, le but affiché de ce programme est de former les écoliers au numérique, avec un accompagnement pédagogique adapté de la part des instituteurs et professeurs. Il s'agit entre autres de développer les infrastructures et le matériel nécessaires, ainsi que l'information relative à Internet et aux débats qui y sont liés. Donc, ce programme du gouvernement a bien rempli sa mission, qui était celle de faire connaître le numérique aussi bien aux enseignants qu'à leurs élèves.

Ensuite, nous pouvons évoquer le site Internet "Jules Ferry 3,0", qui est une initiative du Conseil National du Numérique (organe indépendant mais qui peut être consulté par le gouvernement, et responsable devant la secrétaire d'Etat du Numérique, Axelle Lemaire) et dont la principale mission, définie dans un décret du chef de l'Etat datant du 13 décembre 2012, est de penser des stratégies à long terme pour que le numérique s'incorpore durablement dans les ressources pédagogiques, dans le système scolaire. Cela passe par la formation de groupes de travail sur des sujets divers, tous en relation avec le numérique : l'un d'eux s'est intéressé, en octobre 2014, au lien croissant qui existe entre l'éducation et le numérique. Ainsi, le Conseil a proposé 8 axes principaux pour rendre plus aisée la formation des enseignants et des élèves : il s'agit notamment d'acquérir les bases de l'informatique, comme par exemple son langage fondamental, le fonctionnement des ordinateurs, le traitement de l'information, entre autres. A cet égard, le LOM (Learning Object Metadata) est un système de langage numérique, réparti en neuf rubriques, qui s'applique aux sites éducatifs dans le but que les élèves et les enseignants puissent exploiter au mieux les ressources pédagogiques. Nous développerons ce point-là plus tard. Ensuite, une autre mesure prise par le Conseil prévoit de préparer les élèves au bac Humanités Numériques, à savoir "le bac de l'individu créatif de la civilisation numérique" : cette nouveauté incluerait, en plus des bacs classiques littéraires, économique et social, et scientifiques, un diplôme sanctionnant la bonne maîtrise de l'informatique à travers différents thèmes, notamment le webdesign, la datavisualisation, et autres. De même, toutes les matières classiques, que ce soient les mathématiques, l'histoire-géographie, la biologie, seraient conservées. Les élèves qui choisiraient cette filière-là auraient plus de chance de s'ouvrir au monde à travers leur adaptation au numérique, en les préparant à l'univers du travail. Aussi, ce nouveau bac, s'il voyait le jour, aurait l'avantage de proposer de nombreux débouchés, notamment dans le monde du journalisme, du graphisme. Pour résumer, il s'agit d'une réelle innovation, laquelle doit se faire en collaboration avec les politiques publiques : le Conseil entend lancer des programmes de recherche pour accélérer l'entrée du numérique dans les rythmes scolaires et préparer l'école de demain. Donc, le gouvernement a bien pour but de former les équipes pédagogiques et les élèves au numérique, ce qui permet consécutivement la bonne utilisation du "manuel numérique".

Egalement des réformes pour développer le "manuel numérique"

En effet, l'usage du "manuel numérique", qui tend progressivement à remplacer celui du simple manuel imprimé, permet une refonte totale des pratiques pédagogiques : de fait, non seulement les cours apparaissent plus vivants, mais la collaboration entre les enseignants et les élèves tend à s'intensifier. Ainsi, François Hollande a récemment ordonné la distribution de tablettes tactiles dans les classes de cinquième : ce sont des ordinateurs portables très plats, sans clavier, lesquels permettent aux élèves d'avoir accès à Internet, dans le but d'effectuer des recherches hors temps scolaire pour des travaux personnels ou dirigés.

On peut noter également que le gouvernement prévoit, d'ici 2020, dans un plan appelé « e-éducation», de doter au minimum 70% des élèves de primaire et de collège d'un support numérique individuel, qui leur servira comme base de travail adaptée. Cela traduit la volonté politique de gommer les inégalités de toutes sortes et de permettre l’accès de tous les élèves à la connaissance et au savoir dans tous les domaines : en effet, tous les élèves ne disposent pas de la même condition sociale et certains n'ont pas les moyens de s'acheter les manuels pédagogiques imprimés, ce qui pose plus de difficultés pour suivre en classe.

De plus, dans le cadre du programme "collèges connectés" déjà défini plus haut, tous les collégiens ont eu dès la rentrée 2013 des manuels numériques dans toutes les matières : le gouvernement souhaite un accompagnement optimal des élèves en difficulté, au moyen de cours interactifs, de multiples exercices. La vidéo ci-dessous illustre la volonté de Vincent Peillon, ancien ministre de l'Education Nationale, de développer les manuels en ligne pour réduire les inégalités et encadrer les écoliers, aussi bien dans le primaire que dans le secondaire : http://dai.ly/x188uhf

Ecole numérique 5 nouveaux services
Ecole numérique 5 nouveaux services (Vidéo)

Vidéo

Cinq nouveaux services numériques pour la réussite de tous les élèves, autour de quatre grands axes : Redonner la priorité à l’École primaire (English for schools et Les Fondamentaux), lutter contre les inégalités sociales et territoriales (D’Col), permettre à tous les élèves d’accéder à la culture et à la connaissance (Eduthèque), renforcer la formation continue des enseignants et des personnels (M@gistère)
Dailymotion
Licence : Licence inconnue -- D.R.

Donc, ce programme "collèges connectés" implique que tous les écoliers ont la possibilité de découvrir le monde numérique. Cela se fait bien au détriment des manuels scolaires, en ce que les enseignements, les cours, et même les évaluations, se font presque exclusivement à partir de l'outil numérique, et non plus sur la simple base du livre imprimé.

Ensuite, soulignons une incontestable expansion des outils pédagogiques sur Internet, à savoir des sites de soutien scolaire pour les étudiants en difficulté, des cours détaillés et complets, sous l'égide d'un mouvement mondial composé d'universités, d' enseignants, et qui s'appelle le REL, c'est-à-dire les Ressources Educatives Libres : cette initiative appartient à l'UNESCO (seule institution des Nations-Unies qui s'intéresse aux questions éducatives), dont un Forum, au cours de l'année 2002, a mis en évidence la nécessité d'un enseignement supérieur de meilleure qualité s'adaptant aux besoins nouveaux de la société ainsi qu'à ses évolutions. Ces REL permettent un accompagnement optimal des étudiants ayant du mal à suivre en classe, et surtout un changement important dans les pratiques pédagogiques : de fait, l'utilisation des ressources en ligne, des manuels, favorise l'autonomie de l'étudiant, confronté par lui-même à ce nouvel univers du numérique. La vidéo qui suit expose plus en détail les avantages des REL : http://youtu.be/VBrD4IXgJvA.

Semaine 5 les REL en pédagogie
Semaine 5 les REL en pédagogie (Vidéo)

Vidéo

Les REL en pédagogie : Leur rôle dans las salle de classe et l'enseignement en ligne
YouTube
Licence : YouTube Standard Licence

Avec ce mouvement, l'UNESCO entend remplir sa principale mission, c'est-à-dire démocratiser l'accès aux ressources éducatives : tout le monde, même les gens défavorisés, doivent recevoir une formation scolaire solide. Cette mission nécessite une coopération internationale qui ne peut se faire que par la création de réseaux contenant des universités, ou autres institutions d'enseignement supérieur. Donc, le gouvernement entend bien, par différents biais, favoriser l'usage du "manuel numérique" au détriment du livre imprimé, pour ancrer les écoles dans la modernité et accompagner les élèves dans leur réussite.

L'exemple de Jean-Michel Fourgous

Jean-Michel Fourgous, député des Yvelines, qui a reçu de la part de François Fillon, Premier Ministre de l'époque, la tâche de moderniser les institutions scolaires par le biais du numérique, à développer l'utilisation des nouvelles technologies dans les enseignements. Il a donc envoyé un rapport à Luc Chatel, ministre de l'Education, le 15 février 2010, dans le but de proposer 70 mesures concrètes visant l'année 2012 : il s'agit, pour commencer, de connecter les écoles au haut débit, pour qu'elles aient un large accès à Internet, et de généraliser les différents outils modernes, que ce soient les boîtiers de réponse, les vidéoprojecteurs, ou autres : l'objectif est de rendre les cours plus interactifs, plus vivants et plus formateurs pour les élèves, qu'avec le simple usage du manuel imprimé qui semble, au vu de ce programme, bel et bien tombé en désuétude.

Par ailleurs, Fourgous prévoit d'initier les écoliers aux difficultés du numérique en instituant pour les collégiens et les lycéens des modules spécifiques et encadrés dans le but de les sensibiliser à ce nouvel univers, à travers l'utilisation des multiples outils informatiques appropriés, pour une meilleure compréhension des enjeux. Mais aussi, la mission propose de former les enseignants au même titre que les élèves, avec 20% des crédits de l'Education Nationale qui sont prévus à cet effet. De même, à cet égard, une université d'été «Campus Education Numérique» a été mise en place, ainsi que des formations individualisées en ligne, comme par exemple l'ESEN (l'Ecole Supérieure de l'Education Nationale) ou le CNED (Centre National d'Enseignement à Distance) : les participants volontaires disposaient d'un accompagnement personnalisé, pour maîtriser parfaitement le numérique d'ici la rentrée 2010.

Enfin, la mission Fourgous entend développer l'utilisation des ENT (Espaces Numériques de Travail), c'est-à-dire un ensemble d'outils Internet destiné aux enseignements secondaire et supérieur pour leur permettre un accès aisé aux ressources numériques. Cette opération vise à faciliter l'accompagnement personnalisé de l'élève, pour qu'il dispose de repères lui permettant d'adapter son travail personnel et de progresser tout au long de l'année : on peut relever notamment. l'obligation dès septembre 2010 d'utiliser les cahiers de texte en ligne, avec des espaces réservés aux professeurs, aux parents ou aux élèves eux-mêmes.

Par exemple, le site «Pronote», pour les collèges et lycées, est un logiciel payant de vie scolaire, utilisé dans environ 6000 établissements, et auquel on peut accéder grâce à un identifiant et à un mot de passe : ainsi, il illustre bien cette volonté d'accompagnement, avec tout d'abord un espace professeurs, dans lequel les résultats de l'élève, ainsi que sa moyenne trimestrielle, sont saisis par matières. De même, grâce à un graphique, l'écolier peut mesurer son évolution tout au long de l'année. On y trouve enfin les absences ainsi que les éventuelles punitions, les heures de colle, les contenus des cours, et les travaux à faire à la maison. Ensuite, les parents ont un code unique leur donnant libre accès à diverses informations, telles que les événements marquants (conseil de classe, sortie scolaire), les notes de leur enfant, entre autres. Enfin, l'élève peut bien évidemment consulter ce site, pour découvrir les mêmes informations que ses parents, et également son emploi du temps, semaine par semaine. Donc, Pronote illustre bien la mission de Fourgous de confronter les élèves à l'univers du numérique.

Ainsi donc, les mesures mises en place par le gouvernement sont nombreuses, et montrent que la question du numérique dans le système scolaire est réellement un problème social et politique : les enseignants et les élèves doivent recevoir une formation encadrée à l'outil numérique, pour utiliser parfaitement les ressources pédagogiques en ligne, notamment les manuels. De plus, les réformes révèlent un hiatus avec les méthodes d'apprentissage traditionnelles, sans doute moins productives pour les élèves, en ce qu'elles se borneraient simplement à l'utilisation des manuels scolaires imprimés, lesquels sont de plus en plus marginalisés. Mais elles ont surtout permis l'émergence de nouveaux outils, qui bouleversent incontestablement les pratiques d'éducation actuelles, et que ce phénomène n'est pas si récent que cela.

Les différents outils utiles au numérique :

Les origines du livre numérique :

Pour parler de manuels numériques, il faut d'abord évoquer le livre numérique car sans lui, il n'y aurait pas eu de point de départ du manuel numérique. Avant d'éditer des livres scolaires, c'est les romans que l'on a publié de manière numérique et cela a une origine bien précise.

On pense, à tord, que le livre numérique est né il y a quelques années avec l'explosion d'internet au début des années 2000. Il n'en est rien. C'est en 1971 qu'un certain Michael Hart décide de numériser The United States Declaration of Independence (Déclaration de l’indépendance des États-Unis, signée le 4 juillet 1776). Selon Marie Lebert, auteur de Le Projet Gutenberg (1971-2008), ce projet fait naître le livre numérique. Ce dernier a donc 43 ans et est donc presque plus vieux qu'internet. Michael Hart, en voulant numériser la Déclaration d'Indépendance des Etats-Unis vient de créer la toute première bibliothèque en ligne. Bien sûr, on est loin des sites de partage de livres que l'on peut trouver aujourd'hui. En effet, le texte ne peut être envoyé à tout le monde car internet est encore d'une puissance très faible. Par conséquent Hart préfère publier un message informant de la place de stockage du fichier qui sera finalement téléchargé par environ six personnes. Le projet lancé, Michael Hart est obligé de numériser ses livres seul. C'est le premier livre numérique. Depuis, le projet Gutenberg a numérisé beaucoup de livres qui peuvent être utiles aux élèves et qui donc, servent le monde de l'éducation même si , au départ, il n'y avait que des petits textes sans réelle importance.

Michael Hart, créateur du Projet Gutenberg

Michael Hart, créateur du Projet Gutenberg

Le site : https://www.gutenberg.org/

Aujourd'hui, les livres numériques se trouvent par millier. Outre les romans, les manuels scolaires commencent à s'inscrire durablement dans le monde du numérique.

Pour cela, il existe plusieurs supports numériques qui peuvent servir de manuels numériques mais qui servent aussi le monde de l'éducation poussant les élèves ainsi que les professeurs à utiliser de plus en plus souvent internet et les supports numériques.

Les manuels scolaires en ligne :

Internet est aujourd'hui l'outil qui a révolutionné le manuel scolaire. On peut tout d'abord parler des nouveaux outils mis à disposition des enseignants ou des élèves. Ces derniers peuvent accéder à plusieurs sites qui leur permettent de trouver les informations nécessaires à la réalisation de leurs devoirs. On peut presque parler d'un manuel scolaire géant en ce qui concerne internet. Cependant, tous les sites ne font pas preuve de fiabilité et donc il est préférable de se tourner vers des sites plus sérieux.

On peut par exemple parler du site Le Livre scolaire, site créé par Raphaël Taïeb en 2009, qui propose des manuels scolaires établis par plusieurs professeurs afin d'avoir un ouvrage des plus complets. Les professeurs peuvent inscrire gratuitement leur classe entière et ainsi proposer des devoirs que les élèves pourront réaliser directement en ligne. Les leçons et devoirs revêtent un aspect tout de suite plus ludique, avantage non négligeable pour les élèves les plus récalcitrants. Début 2013, le site recouvre les quatre matières principales du collège et prend une place assez importante dans le monde du manuel scolaire. Il existe aussi l'association de Sésamath qui propose des livres scolaires sous licence libre et donc gratuit. On peut, par ailleurs, commander la version imprimé ou bien le Cd-Rom qui est, lui aussi, un support numérique scolaire assez courant.

En dehors des éditeurs purement numérique, on peut aussi trouver sur internet les éditions de manuels papiers qui, pour combler la baisse de leur vente, vont se mettre à éditer des manuels scolaires numériquement. Parmi eux on trouve les plus grandes maisons d'édition scolaire : Bordas, Hachette ou encore Hatier. Ce nouveau marché est important pour eux car les ventes de manuels scolaires ont baissé de 13% selon le SNE (Syndicat National des Editeurs). Pour faire face à cette nouvelle concurrence, Nathan a développé trois nouvelles formes de manuels numérique. On retrouve d'abord un manuel qui va être la copie parfaite de sa version papier puis un autre qui va proposer des liens multimédias relatifs à la matière étudiée et le dernier qui regroupe les deux éléments précédents mais intègre, en plus, des outils de structuration de cours destinés au professeur. On retrouve, finalement, ces trois versions chez les autres éditeurs de manuels numériques. Cependant, ils doivent faire face à leurs concurrents plus en phase avec internet et le numérique : le site Le Livre Scolaire possède un compte twitter et Facebook ainsi qu'une chaîne youtube et développe des applications pour smartphones permettant d'accéder directement aux cours proposés sur son téléphone.

Présentation de l'application livrescolaire.fr
Présentation de l'application livrescolaire.fr (Vidéo)

Vidéo

lelivrescolaire.fr
Licence : YouTube Standard Licence

Des outils pour les professeurs :

Internet n'est pas seulement l'outil des élèves mais aussi celui des professeurs. Avant l'utilisation d'internet, les professeurs étaient obligés de partager leurs documents en photocopiant les manuels ou les documents qu'ils possédaient déjà. Ce moyen, bien que très utile, était néanmoins très onéreux et les établissements scolaires restreignaient bien souvent cette pratique. Aujourd'hui, avec le web devenu un endroit de partage, les enseignants peuvent plus facilement échanger des documents utiles à leurs cours.

Ainsi il existe plusieurs sites qui permettent aux professeurs de rassembler leurs connaissances et de créer un livre ou un document où l'élève peut retrouver tout ce dont il a besoin. On peut parler encore une fois du site Le livre scolaire qui met en avant le travail collectif des professeurs. Mais on peut aussi parler du site Weblettres dédié uniquement au corps enseignant. Celui-ci s'adresse à tous les types de professeurs qu'ils enseignent en collège, en lycée général ou technique voire même en CAP ou BEP. Chacun peut trouver les cours adaptés à sa classe ou bien des images ou schémas utiles au développement de leur propos. Ils peuvent échanger entre eux afin d'avoir un cours beaucoup plus complet que si il l'avait fait seul. Internet sert donc autant aux enseignants qu'aux élèves. Weblettres s'adresse aux enseignants de français ou littérature mais son équivalant existe en maths : Culturemaths. Le principe reste le même : on propose aux enseignants des moyens d'appliquer leurs cours, comment peuvent-ils aborder tel ou tel sujet. C'est une toute nouvelle manière de rassembler les connaissances afin d'enseigner.

Outre le fait que le manuel scolaire se numérise, il change aussi de forme. Auparavant, le manuel papier limitait le champs d'action : on était obligé de réimprimer le manuel pour ajouter des informations nouvelles et bien souvent, les livres scolaires n'étaient pas renouveler tous les ans dans les établissements scolaires. De ce fait, les élèves n'avaient pas forcément accès à des informations récentes. Aujourd'hui avec cette nouvelle forme de manuel numérique, les professeurs peuvent mettre à jour rapidement leur support de cours sans que cela ne leur fasse dépenser de trop d'argent. Les élèves, quant à eux, reçoivent un cours beaucoup plus en accord avec leur temps.

Le manuel scolaire à réaliser soi-même :

Les logiciels pour créer ses propres livres font aussi leur apparition et viennent concurrencer les éditeurs papiers. Que ce soit par Apple (Ibook author) ou sur d'autres systèmes d'exploitation, les applications se développent pour créer des livres avec images et textes. Selon le site à la pomme, le nouveau manuel scolaire permet aux élèves de mieux s'intéresser au sujet dont le livre traite. Cela est dû à la possibilité d'intégrer des vidéos, des animations qui vont expliquer à l'enfant ou à l'adolescent le fonctionnement du cycle de l'eau par exemple. Cet outil peut être particulièrement efficace avec les enfants en bas âge puisqu'ils peuvent interagir avec le manuel et donc mieux retenir les informations qu'on leur donne. L'Ipad devient, selon eux, le nouveau manuel scolaire du fait de sa capacité à interagir avec l'élève et permettrait à ce dernier de mieux s'intéresser au cours qu'il est en train de suivre.

Présentation du logiciel Ibook Author (en anglais).
Présentation du logiciel Ibook Author (en anglais). (Vidéo)

Vidéo

Licence : YouTube Standard Licence

Apple met en place, en parallèle de ce logiciel, une application qui permet aux élèves comme aux enseignants d'accéder à un des plus grands catalogues éducatifs numériques. Cette application renferme des livres, des documents utiles à n'importe quel cours ou exposé réalisés par le professeurs ou l'élève. Bien sûr, il n'y a pas que la marque de Steve Job qui développe des logiciels utiles à l'éducation. Il est possible aussi d'utiliser Scrivener ou Calibre pour créer ses propres livres. Cependant, tous ne sont pas gratuits.

Le système LOM (Learnning Object Metadata) et Moocs :

Le système LOM est un système informatique qui permet de classer les données numériques. Ce système est particulièrement utile dans le domaine scolaire puisqu'il permet de mieux retrouver les connaissances dont on a besoin. Avec l'avènement d'internet, on a vu se multiplier les informations pédagogiques. Les moteurs de recherche permettent dans un premier temps de se retrouver dans cette jungle numérique mais, bien souvent, on ne trouve pas directement ce que l'on recherche faute de détails ou de précision dans la recherche.

Le système LOM n'est pas une norme au niveau international, cependant le ministère de l'éducation français tend, depuis 2001, à mettre en place ce système et à le normaliser. C'est grâce à ce système que les ressources éducatives pourront être mieux organisées, plus facilement retrouvées et donc mieux utilisées. Le ministère veut « permettre une meilleur visibilité de l'offre pédagogique numérique ou non » mais aussi garantir la pérennité de ces données pédagogiques. Pour cela, le système LOM regroupe les informations relatives à la donnée recherchée en plusieurs catégories (voir image) grâce au système des métadonnées.

Schéma des métadonnées utilisées dans le système LOM

Schéma des métadonnées utilisées dans le système LOM

eduscol.education.fr
Licence : Licence inconnue -- D.R.

En effet, c'est grâce à elles qu'il est possible de retrouver les informations nécessaires à son travail. Un métadonnée est une donnée sur une donnée c'est à dire qu'elle va décrire une donnée et informer sur son contenu, la date de création etc. Selon le site de l'éducation nationale française, les métadonnées permettent de faciliter la recherche d'informations, l'interopérabilité, la gestion, l'archivage, gérer et protéger les droits et authentifier un texte. Les métadonnées ont pour but de mieux répondre aux besoins de celui qui cherche des informations sur un sujet précis.

Les métadonnées expliquées (en anglais)
Les métadonnées expliquées (en anglais) (Vidéo)

Vidéo

Inconnu
Licence : YouTube Standard Licence

A terme, le système LOM permet d'échanger et trouver des données pédagogiques. Pour cela il faut aussi penser à la mise aux normes de ces données afin de pouvoir échanger entre les universités par exemple à un niveau, pourquoi pas, international. En effet, le système LOM va faciliter les cours à distance puisqu'il permet une meilleure organisation des données pédagogiques en les décrivant de manière précise. Cela va pouvoir faciliter aussi la création d'un grand manuel scolaire qui serait accessible à tout ceux qui désirent suivre une formation à distance dans n'importe quelle université.

Pour plus d'informations sur le système LOM :

Rosa Maria Gomez de Regil nous expose le système LOMFR qui tend à devenir un pilier de l'éducation numérique.

Dans la même optique, on peut parler des Moocs : Massive Open Online Course. Il s'agit de formations à distance dispensées par les universités américaines qui ont été dans les premières à utiliser ce système. Plusieurs grandes écoles françaises se sont aussi mises à ce système permettant à de nombreux étudiants d'accéder à leur formation. Cela permet alors à tous les étudiants du monde de pouvoir avoir accès aux cours les plus prestigieux. Le système ne met pas à disposition des étudiants uniquement des cours mais aussi des exercices afin de les pousser à la réflexion. A la fin des cours suivis, l'étudiant reçoit un certificat qui atteste de ces compétences dans la matière suivie. Ces certificats, qui ne sont pas des diplômes, sont finalement plus recherchés par les entreprises car ils montrent que l'étudiant est capable d'effectuer certaines tâches. Aujourd'hui plus de 9 millions de personnes se sont inscrites à ces cours surtout dans les pays les plus touchés par la crise où les études deviennent difficile d'accès comme la Grèce par exemple. Internet prend alors l'allure d'un gigantesque manuel scolaire utile à tous les étudiants au niveau international.

Si internet regorge d'outil numérique, il faut évidemment faire la part des choses. Tout le monde n'accueille pas le numérique à bras ouvert dans le monde de l'éducation. Comme toute nouveauté, le manuel numérique possède ses avantages mais aussi ses inconvénients. 

Accueil en France et comparaison avec le reste du monde

Plus le temps passe, plus l’informatique semble être une réalité inévitable, quelque soit le domaine. Les grandes entreprises et maisons d'édition l'ont également compris et investissent dans les programmes, sans compter toutes les réformes qui sont mises en place par les différents gouvernements. Pour autant, cette avancée est-elle au goût de tous ? Que pense la population face à cette évolution de l’instruction vers le numérique ?

Comment les français réagissent face à cette réalité ?

Nous sommes dans l’ère du numérique, c’est un fait que nous ne pouvons pas discuter. La nouvelle génération, appelée la génération Y, est née dans cet univers, alors que les générations précédentes doivent s’adapter, apprendre. En effet, il est plus commun de voir un enfant de 3ans utiliser un ordinateur sans difficulté au contraire de leurs parents et grands-parents. La logique des choses voudrait donc que l’informatique prenne une place importante dans le système éducatif.

La population française semble accepter l’évolution des manuels dans l’éducation.

Les familles, pour la plupart, voient ceci comme la solution à un problème récurrent chez les jeunes enfants de notre époque : le mal de dos. Les mauvais gestes que prennent ces derniers tels que les mauvaises postures, le port du cartable, ainsi que le poids de ces derniers qui devient de plus en plus important en sont les principales causes. Ainsi, avec les manuels scolaires qui évoluent vers d'autres formats: tablettes, ordinateurs, sites internet. Dans la logique des choses, ce mal tend à disparaître.

Le mal de dos, fléau pour les enfants

Le mal de dos, fléau pour les enfants

tous droits réservés
Licence : Licence inconnue -- D.R.

Chez les professeurs, l'installation et l'utilisation du numérique dans les écoles est plus polémique. Pourtant, grâce à une enquête réalisée par la TNS Sofres le 30 septembre 2014, nous pouvons constater qu'il y a progression. En effet, en 2011, 16% des enseignants utilisés les manuels numériques, et actuellement, nous sommes à 29/30%. Pourtant, il est nécessaire de préciser que se sont pour la plupart les professeurs de mathématique, de physique et d'histoire-géographie qui ont abandonné le format papier. Au contraire, les professeurs de littérature et de langues vivantes semblent plus réfractaires au numérique et gardent le format classique. Certains professeurs y voient le moyen d'intéresser plus leurs élèves, et proposer des exercices nouveaux et innovants qui auraient été impossible sans l'utilisation du numérique.

Par exemple, un instituteur, en primaire, a développé un exercice de dictée original, en partenariat avec un confrère: au départ, il forme des petits groupes et demande à ses élèves d'écrire un texte sur un sujet donné, un texte assez court pour être mis sur Twitter, site social où on peut écrire que 140 caractères maximum. Une fois posté, se sont les élèves d'une autre école, dans une autre ville de France, qui corrigent les textes et leur envoient les corrigés sur le même site. Et surtout, on voit le numérique comme le moyen de s'adresser à un public complexe tel que les élèves décrocheurs grâce à ces logiciels. Mais aussi, en plus général, d'acquérir la base de l'informatique, désormais indispensable pour l'épanouissement de l'individu dans la société de maintenant.

Malgré les avantages, les commentaires positifs que nous pouvons lire et entendre, les avis restent mitigés dans le domaine professoral. Certains professeurs voient l'arrivée des tablettes comme nocifs, et selon Bruno Modica, enseignant d'Histoire-Géographie et président de l'association les Clionautes, sa distribution dès le plus jeune âge provoquerait la dispersion des élèves durant les cours et la perte de l'acquis de la concentration et de l'effort. Sans compter que certains ont peur que la proximité avec l'écran et des logiciels informatiques donnent aux élèves des difficultés à apprendre à lire et à écrire qui sont les notions de base de l'éducation.

Bernard Stiegler, professeur de philosophie aux universités de Compiègne et de Londres et membre du Conseil National du Numérique, n'hésite pas à dire: « Les tablettes n’ont aucun intérêt! Ce sont des ordinateurs bridés et des joujoux de marketing ». Pourtant, il reconnaît que le numérique est indispensable pour l'éducation à notre époque. Et pourquoi il est désormais indispensable selon lui? Tout simplement parce que le savoir même a changé.

L'exemple de la France met à jour toute la complexité de la situation. Tous les points soulignés n'ont malheureusement, pour la plupart, pas de réponse. Mais alors que penser face à tout ceci? Et quand est-il des pays voisins? Partagent-ils tous le même avis sur la question? Ont-ils, comme en France, établi des réformes pour que le tout-numérique s'impose dans leurs établissements scolaires?

Comparaison avec le reste du monde

D’après de nombreuses organisations comme l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Économique) ou encore le Haut conseil de l’éducation, la France connaît un certain retard dans l’introduction des TICE (Technologie de l’Information et la Communication pour l’Enseignement) dans l’éducation, comparé à d’autres pays étrangers.

C'est en Europe du Nord (Danemark, Finlande, Norvège) que l'intégration du numérique dans l'enseignement est la plus avancée.

Le cas de la Danemark est le plus significatif: c'est le pays européen le plus avancé dans ce domaine, l'usage de cette technologie est obligatoire dans toutes les matières et est également évaluée aux examens. Internet est considéré comme un outil à part entière, au même rang que le dictionnaire, et peut être utilisé pendant de nombreux examens du A Level, l'équivalent de notre baccalauréat : « Quand vous faîtes un devoir à la maison vous avez accès à Internet. Donc pourquoi en priver les candidats au bac ? », répond le ministre danois pour se justifier. Bien sûr, pour éviter toute tentative de triche, des dispositions sont mis en place : les messageries instantanées et les courriers électroniques sont interdits pour éviter tout contact et des contrôles seront effectués sur les postes des candidats. Pour qu'un tel projet se réalise sur le plan national, un plan de stratégie numérique a été lancé en 2012 pour que tous les élèves aient accès à un réseau sans fil dès 2014. Actuellement, on compte un ordinateur pour 4 élèves alors qu’en France, un ordinateur est pour 10 élèves.

En Norvège, les ordinateurs sont utilisés quotidiennement, en particulier durant les cours de langues. Les professeurs sont convaincus de son utilité, notamment pour développer les compétences en lecture, en écriture et en présentation des travaux finaux.

Au Royaume-Uni, les écoles sont bien équipées et les élèves y apprennent le fonctionnement des réseaux sociaux tels que Twitter. Tout cela a été rendu possible grâce à un programme ambitieux qui a débuté en 1997 et qui s’est prolongé depuis avec d’autres programmes comme « Programme London Grid for Learning » ou encore «  Five years strategy for children and learners ». En juin 2007, le ministre de l’Education, Jim Knight a déclaré : « Since 1998, we have invested over 5 milliard £ to create an ICT infrastructure in schools ». Pour ce qui est de l'équipement des élèves, le gouvernement a mis en place le « Dudely project » qui propose un matériel personnel contre une contribution des parents. En 2008, on comptait 450000 tableaux numériques interactifs contre 27000 en France.

L'Espagne semble être au même niveau que les français dans ce domaine mais recherche toujours à s'améliorer. En effet, dans El Pais, un article datant du 4 septembre 2014, confirme cette idée d'améliorer les compétences informatiques des élèves espagnoles, notamment dans les collèges de Madrid. En effet, le gouvernement d'Ignacio Gonzales a décidé d'intégrer dans le programme scolaire une nouvelle matière appelée « Programacion ». Celle-ci aura pour but d'apprendre aux élèves à concevoir une application web pour mobile et un jeu vidéo ainsi que des connaissances en robotique. Avec cette nouvelle réforme considérée comme « très ambitieuse », ajoutée à d'autres, l'Espagne cherche à devenir un leader dans l'éducation.

En Allemagne, tous les manuels ont été numérisés afin d'être disponible sur le Web ou les périphéries de stockage afin que les familles ne payent que les mises à jour.

La Turquie qui met également en place une stratégie massive pour équiper ses élèves. En effet, avec le projet « Faith », elle souhaite distribuer 10 millions de tablettes pour un montant de 2 à 3 milliards d'euros sur quatre ans. Dès le début du projet, les entreprises américaines telles Apple avec ses iPad, Microsoft et Intel se sont battues pour obtenir ce nouveau marché. Notamment, un entretient eut lieu le 4 février 2014 entre Tim Cook et le président Abdullah Gül où aurait été mis en place une date de sortie du premier Apple Store en Turquie. Pourtant, quelques jours plus tard après cette rencontre, le premier ministre Recep Tayyid Erdogan a décidé d'équiper les élèves turcs avec des tablettes Android GeneralMobile de Tepal, mettant ainsi de côté les américains en faveur de matériel turc.

rencontre de Tim Cook et Abdullah Gül

rencontre de Tim Cook et Abdullah Gül

tous droits réservés
Licence : Licence inconnue -- D.R.

En Amérique du Sud, l'exemple du Brésil est le plus intéressant: Jonas Suassuna a créait une plate-forme en ligne appelait « Nuvem de livros » (Nuage de livres) qui donne accès à des documents pédagogiques et littéraires sans avoir besoin de télécharger. Il a compris qu'un besoin urgent se faisait sentir lorsqu'il a constaté que le Brésil réunissait 15 millions d'étudiants qui n'avaient pas accès à une bibliothèque. Aujourd'hui, cette bibliothèque informatique réunit 1,2 millions d'abonnés. Ce succès ne touche pas seulement le Brésil puisque le site s'enrichit grâce à des articles fournis par l'agence France-Presse depuis 2013 et s'étend à travers le monde, notamment les pays hispaniques, jusqu'à souhaiter conquérir la France.

plate-forme brésilien nuvem de livros

plate-forme brésilien nuvem de livros

tous droits réservés
Licence : Licence inconnue -- D.R.

plateforme brésilien nuvem de livros

plateforme brésilien nuvem de livros

tous droits réservés
Licence : Licence inconnue -- D.R.

Et quand est-il des États-Unis? Étant un état fédéral, chaque état a ses propres réformes sur l'éducation, soutenues par l'administration d'Obama. Dans cette étude, nous intéresserons seulement à quelques états pour illustrer la vision que porte les américains sur le numérique dans le système éducatif.

De manière générale, le continent nord américain semble être enthousiaste à l'idée d'inclure le numérique dans leur école. Depuis plusieurs années, des stratégies sont mises en place pour équiper les écoles de tout le matériel numérique, matériel indispensable selon les fabricants qui promettent d’incroyables résultats. Cette optique du tout-numérique est aussi un pari du président Obama. Pour permettre cette transition, déjà bien entamée, un guide de 67 pages intitulé Digital Textbook Playbook a été envoyé à des chefs d'établissement, les encourageant à se tourner vers le numérique et abandonner les manuels papiers traditionnels.

En juin 2009, Schwarzenegger annonce le lancement de « L'initiative de manuels numériques » dans l'état de Californie. Et dès l'automne suivant, l'état fournira une liste approuvée de manuels numériques en mathématiques et en sciences. Le gouverneur est convaincu du bien fondé de ce programme: mise à jour instantané des informations, réussite scolaire, économie en millions de dollars pour les écoles publiques, un cartable plus allégé, prise en compte de l'environnement.

Le gouverneur Arnold Schwarzenegger

Le gouverneur Arnold Schwarzenegger

Leading the Nation into a Digital Textbook Future, Arnold Schwarzenegger
Leading the Nation into a Digital Textbook Future, Arnold Schwarzenegger (Vidéo)

Vidéo

tous droits réservés
Licence : Licence inconnue -- D.R.

Deux autres projets de loi ont été pensé en 2012 : le SB 1052 et le SB 1053 qui visent à donner un accès gratuit aux manuels scolaires numériques pour les étudiants et professeurs. En effet, en plus des frais d'inscription, les manuels scolaires restent un coût important, certains étudiants sont même dans l'obligation de faire un prêt pour ces livres qui ne serviront, pour la plupart, qu'une année.

En février 2011, les responsables de l'éducation de la Floride proposent de passer au numérique pour tous les élèves du secondaire pour 2015. Ils iront même plus loin, puisqu'à la fin de l'année 2015/2016, en obligeant ses écoles à dépenser la moitié de leur crédit en ressources numériques.

L'Alabama envisage de suivre le même chemin que la Floride avec une loi pour investir 100 millions de dollars dans l'éducation numérique.

L’état de Washington lancera un programme similaire que celui de la Californie à la fin 2011 appelé « Open Course Library », mettant à disposition aux enseignants et aux étudiants des manuels gratuits à partir de septembre 2013.

Chaque année, à Santiago, Texas, se déroule la Reunion des Educational Computing (ExpoEnlaces). Ce salon a pour but de fournir de nouveaux outils et de méthodologies pour les enseignants. L'année 2014 était tournée vers les compétences TIC pour l'apprentissage avec comme invité d'honneur Monica Isabel Martinez.

ExpoEnlaces 2014: competencias TIC para los estudiantes des siglo XXI
ExpoEnlaces 2014: competencias TIC para los estudiantes des siglo XXI (Vidéo)

Vidéo

tous droits réservés
Licence : Licence inconnue -- D.R.

Le marché du logiciel pédagogique vaudrait, en Amérique du nord, environs 2,2 milliards de dollars.

Cependant, il semblerait que passer dans le tout-numérique ne plaisent pas à tout le monde. En effet, un article du New York Times, en octobre 2011, nous révèle que les patrons et employés d’eBay, Google, ou encore Apple envoient leurs enfants dans des écoles dite « à l’ancienne », c’est-à-dire sans ordinateur. Un autre article du même quotidien met en évidence que les logiciels pédagogiques, que les fabricants ont venté les mérites, ne sont peut-être pas aussi indispensables que cela. Autrement dit, de nombreuses enquêtes ont été réalisé et certaines ont démontré que les résultats promis ne sont pas au rendez-vous. Au contraire, les résultats des élèves semblent avoir baissé.

Une autre enquête a démontré que les étudiants de l'Utah, et sûrement par extension, préféreraient le manuel papier que le numérique selon les responsables de la libraire de l'université. Cela s'expliquerait par la possibilité d'annotation, la douleur et la fatigue provoquée par une trop grande fixation de l'écran, et surtout sur le problème de connexion à un réseau qui devient une entrave à la liberté de l'étudiant. Pourtant, ces mêmes responsables reconnaissent que l'utilisation de l'e-book progresse puisque les jeunes de maintenant sont, si l'on peut dire, tombés dedans quand ils étaient petits. Les étudiants de l'Utah ne semblent pas être les seuls à contester le tout-numérique. En effet, les étudiants d'une université de Texas ont lancé une pétition contre ce programme et auraient récolté déjà 1500 signatures.

À travers toutes ces réformes et enquêtes menées par des indépendants, des journalistes et même par le ministère de l'Éducation national américain, nous pouvons constater que le numérique s'installe dans le système mais une certaine résistance apparaît malgré tout.

L'Asie semble, elle aussi, à vouloir informatiser ces écoles:

La Thaïlande est sur le point d'acheter 900000 tablettes à la Chine afin d'équiper l'ensemble de ses élèves. Toutes les écoles vont être également connectées à un wifi pour faciliter l'utilisation de ces dernières.

La Corée du Sud s'est donné comme objectif en 2015 de convertir tous les manuels scolaires en tablettes numériques pour tous les élèves de primaire avec son programme « Smart education ». Pour cela, selon Technology Review, cela se traduira par une dépense de 2,4 milliards de dollars afin d'équiper les salles de classe et de numériser les livres. Cependant, il est utile de préciser que la Corée cherche avant tout, à travers cette réforme, d'augmenter la vente des e-book des entreprises locales comme Samsung et LG, et non pas améliorer l'apprentissage des élèves.

Corée du Sud

Corée du Sud

tous droits réservés
Licence : Licence inconnue -- D.R.

Pour conclure...

Ainsi, que l'on soit pour ou contre l'arrivée du numérique dans le domaine scolaire, il semble que la forme numérique du manuel scolaire tend à prendre la place de son homologue papier. Les raisons restent nombreuses et avantageuses que ce soit pour l'enseignant ou l'élève. Par ailleurs, exceptés quelques régions et quelques pays, plusieurs nations sont prêtes à faire entrer par la grande porte le numérique dans l'éducation. On en a pour preuve les gouvernements qui promettent de convertir les manuels scolaires papiers au numérique (Corée du Sud ou même dans notre pays). De plus, les tablettes et autres objets numériques fleurissent dans les classes et la création de supports numériques pour l'éducation pousse le manuel scolaire sur le marché du numérique. Reste à savoir si les éditeurs papiers continueront à suivre les nouveaux éditeurs numériques qui cherchent à être les leaders sur le marché. Enfin, on peut dire que le manuel scolaire à l'ère du numérique n'est pas prêt de disparaître mais plutôt prêt à changer de forme et à s'adapter au monde qui se transforme peu à peu en terre du tout numérique. 

 

Documents associés complémentaires

Le numérique à l'école

Le numérique à l'école

AFP
Licence : Tous droits réservés -- Copyright
 

Notes de lecture

A Silicon Valley school that doesn't compute

Le Danemark autorise l'accès à internet lors d'examen,

Korea Mandates Digital Textbooks by 2015

Etats-unis: des étudants protestent contre les manuels numériques obligatoires

Jules Ferry 3.0 Bâtir une école créative et juste dans un monde numérique

UNESCO Construire la paix dans l'esprit des hommes et des femmes

A l'ère numérique, quelle école pour demain?

Los colegios de Madrid impartiran clases de Programacion

David Bosman et les différents logiciels de création de livres numériques

Apple : le nouvel éditeur de manuel numérique.

Le manuel numérique à l'heure du numérique

L'édition du manuel scolaire en berne

Utah college students prefer traditional textbooks to e-books, bookstore officials say

Les moocs : cours à distance.

Californie : une bibliothèque numérique de manuels scolaires gratuits

Brésil: la e-bibliothèque Nuvem de livros s'étend aux pays hispaniques

L'iPad est recalé pour l'équipement des écoles en Turquie

A quoi ressemble le collège connecté?

Le système LOM et l'éducation.

Schwarzenegger announces launch of the california digital textbooks initiative

Différents éditeurs de manuels numériques

Inflating the software report card