Chargement en cours

Synthèses rédigées par les étudiants du cours de Culture numérique

Course à pied avec Google Glass
Course à pied avec Google Glass

Les Google Glass : une révolution technologique ?

Vincent Frémont, Olivier Piedvache, François Launey (Master 2 Management Du Sport)
Cette synthèse s'intéresse à la dernière innovation de la multinationale Google : Les Google Glass. Véritables lunettes technologiques, son usage risque d'influencer les pratiques des futurs utilisateurs. Nous analyserons ici les différentes utilisations envisagées, que ce soit en matière sportive, professionnelle ou dans la vie privée, mais également les dérives possibles et déjà dénoncées par un public qui peut se montrer parfois méfiant.
(déposé le 2013-12-12 11:40:57)

Google Glass

Google Glass

Les Google Glass : une révolution technologique ?

INTRODUCTION


Depuis une quinzaine d’années, nous avons pu constater une très grande évolution technologique dans le monde qui nous entoure. L’apparition d’internet dans les années 1990, a été le point de départ de nombreuses innovations.

Selon une enquête réalisée par Médiamétrie en Février 2013 , les français comptent en moyenne 6,3 écrans par foyer. Parmi ces écrans, on retrouve notamment les télévisions, les ordinateurs portables, les téléphones mobiles, les consoles de jeux, les tablettes numériques … Toujours selon Médiamétrie, cette moyenne stagnait à 4,4 écrans en 2008 . On constate donc une réelle évolution du mode de vie des français et des individus en général.

Selon Nokia, un individu regarderait son Smartphone environ 150 fois par jour soit une fois toutes les 6 minutes et 30 secondes (en heures d’éveil) . 
Ces études insistent donc sur la génération « branchée », dite « Y », dans laquelle nous nous trouvons et l’importance d’être constamment en veille experte pour avoir la capacité d’analyser la société dans laquelle nous évoluons au jour le jour.

Le projet de l’entreprise américaine Google entre dans l’optique du projet « wearable computing ». Celui-ci consiste à connecter et informatiser tous les accessoires et vêtements. Parmi ces objets attendus du grand public, la montre (Google Watch), « des baskets reliées au téléphone qui précisent à l’utilisateur à quelle vitesse il court et lui donnent des conseils d'entraînement, des chaussettes intelligentes équipées de puces RFID qui indiquent quand elles sont usées. Ou encore un très sérieux concept de robe connectée, bardée de diodes électroluminescentes, qui affiche aux yeux de tous, les derniers commentaires de l’utilisateur publiés sur Twitter » .

Les lunettes Google sortent donc dans la continuité de ce projet. Un objet connecté, léger et discret, qui accompagnera les individus dans la vie quotidienne, tant au niveau du monde professionnel dans lequel ils évoluent que dans des secteurs spécifiques comme le sport ou la santé.

I. LE PROJET


Le projet « Google Glass » a été dévoilé au grand public en juin 2012, par Sergey Brin (co-fondateur de Google), lors du Google I/O (une conférence annuelle depuis 2008 organisée par Google).

Projet Google Glass présenté par l'entreprise
Projet Google Glass présenté par l'entreprise (Vidéo)

Vidéo

GoogleDevelopers
Licence : Tous droits réservés -- Copyright


Le principe est simple : ce n'est rien d'autre qu'une paire de lunette capable d'afficher des informations sur leur surface grâce à un petit écran. Ces images se juxtaposent à ce que l'on voit de façon naturelle. C'est le principe de la réalité augmentée. Les Google Glass sont équipées d'un appareil photo/vidéo, de micros, d'un pavé tactile sur l'une des branches (trackpad), d'une mémoire flash, d'une batterie, d'un mini-écran et d'un accès à internet par Wi-Fi ou Bluetooth. Elles intègrent la plupart des fonctionnalités de Google : agenda, météo, message (courrier électronique, SMS, MMS), Google Maps … mais également des applications telles que L'Equipe, Evernote, Twitter, Facebook, Blue, le New York Times … Ces lunettes à réalité augmentée tournent sous le système d’exploitation Google (Android).


Composition des lunettes

Composition des lunettes


L'utilisation de ces lunettes se fait soit en les couplant à son téléphone portable, soit en se connectant à une borne Wi-Fi. Effectivement, l’inconvénient principal est l’absence de connexion sans fil étendue (de type 3G, EDGE, etc…). On a donc une obligation de relier l’objet à l'un ou l'autre, pour pouvoir communiquer et surfer sur internet. Les lunettes fonctionnent grâce à des commandes vocales qui, pour l'instant, ne peuvent se faire qu'en anglais. Par exemple, pour prendre une photo il vous suffit de dire "Take a picture" et la photo sera prise automatiquement.
La navigation sur l'écran des lunettes peut se faire également par le trackpad et même par le mouvement de l'œil.

Pour le moment, l’outil technologique n’est doté que d'un seul verre, d’où le nom Google Glass et non « Google Glasses ». Mais à terme, il est prévu de rendre les Google Glass disponibles aussi bien sur des lunettes traditionnelles de vue que sur des lentilles de contact. Elles sont disponibles en 5 couleurs : charbon, mandarine, schiste, coton et bleu ciel.

Pour Babak Parviz (chef de projet), ce nouvel objet technologique est beaucoup plus qu'un accessoire pour mobile. L'un des deux objectifs principaux du projet est « to have a technology that would allow people to access information very, very quickly »  et surtout d'amener « the visuel to social computing » , c'est à dire d'être connecté en permanence et de pouvoir échanger avec d'autres personnes des images ou des vidéos, « It's about emphasizing that which we see, rather than hear or read » . Finalement, Babak Parviz caractérise les Google Glass comme « making the eye social » , c'est à dire « créer un œil social ».

Le grand public n’a pas encore la possibilité de se procurer ces lunettes. En effet, elles ne sont pas encore disponibles sur le marché. Il existe cependant une édition développeur, que seule une poignée de professionnels peut se procurer mais le coût n’est pas négligeable : 1500$.  Google n’a pas encore annoncé de date de commercialisation car celles-ci sont toujours au stade de l'expérimentation. Cependant, il est fréquent de voir dans les mass media que la version finale devrait voir le jour en 2014. Le prix de ces lunettes pour le grand public n’a pas encore été fixé mais il est estimé entre 600$ et 3,000$ .

Google n'est pas le seul à s'être lancé dans ce type de produit. Rien n’est officiel, mais il semble que Samsung développerait également des prototypes. « Samsung est en train de développer sa version des Google Glass. Nous les découvrirons (probablement) aux alentours d’avril-mai, sous la marque Gear Glass ». (Source : Twitter @eldarmurtazin). En effet, un brevet a été déposé par la marque  concernant des lunettes connectées. Microsoft, autre géant de la sphère high-tech, travaille sur des lunettes intelligentes similaires aux Google Glass. D’autres entreprises se sont positionnées sur ce marché novateur tel que les entreprises françaises Laster Technologies et Optinvent, mais également NTT Docomo (entreprise japonaise), GlassUp (société italienne). La liste n’est pas exhaustive.


Lunettes Samsung

Lunettes Samsung

Licence : Tous droits réservés -- Copyright


Les Google Glass sont au centre d’une multitude d’actualités. Certains les attendent avec impatience alors que d’autres tentent de multiplier les interdictions. Pour autant, la firme américaine ne se décourage pas et continue d’avancer sereinement dans son projet, à tel point qu’on entend déjà parler des Google Glass 2. Celles-ci seraient dotées d’oreillettes, d’un espace plus grand pour l’écran et la possibilité d’inclure des verres optiques ou solaires. En parallèle, Google a mis en place une stratégie de communication intelligente. Les Google Glass font parler d’elles dans un monde où les individus deviennent de plus en plus technophiles. Pour cela, Google s’est appuyé sur différents secteurs professionnels pour en faire la promotion.


II. Les secteurs concernés par ce projet :
A. Les Google Glass et le sport


Ce projet de lunettes lancé par Google aura un impact très important dans de nombreux secteurs. Le monde du sport a notamment était mis en avant par l’entreprise américaine pour présenter les nombreux avantages que leur création pourrait lui apporter. Ce secteur a surtout servi de support de communication pour créer le buzz. Afin d’exposer les multiples possibilités offertes par les lunettes, Google a donc accès leur cible sur la pratique sportive (joueurs, coach …) mais aussi sur la dimen-sion du spectacle sportif (supporters, fans …).
Nous allons donc par la suite vous exposer pourquoi les Google Glass vont apporter une nouvelle dimension dans le milieu sportif et en quoi ce nouvel outil technologique sera sans doute, dans quelques années,  l’objet privilégié de ce secteur (pour performer et s’informer).


1. La pratique sportive :


Nous sommes actuellement dans un monde où la mise en scène de l’exploit sportif est très ap-préciée. De nos jours, des objets comme la Go Pro ou les téléphones mobiles intégrant un appareil photo sont en vogue pour pratiquer un sport. En effet, se filmer en pleine action permet au prati-quant de ne rater aucun moment de sa prestation mais surtout de pouvoir les revoir autant de fois qu’il le souhaite. Les lunettes proposées par Google sont donc dans cette même optique, et perturbe-ront sans doute le marché des caméras embarquées lors de leur lancement d’ici quelques années.


Ce nouvel outil servira également aux sportifs et à leur(s) coach(s), d’aide à la performance sportive et à la décision. Elles leur permettront de revoir un match, une phase précise du jeu afin de la modifier et de l’améliorer par la suite. L’entraineur pourra se baser sur les images captées par ces lunettes afin d’organiser son entrainement vis-à-vis d’une faiblesse décelée grâce à l’outil. Le joueur pourra lui se servir des Google Glass pendant une rencontre afin de prendre des informations importantes comme le coup qu’il est préférable de jouer à tel moment ou les faiblesses de son ad-versaire en temps réel (gaucher, faiblesse défensive …). Cet atout sera donc un vrai avantage pour celui qui pourra s’offrir ce précieux.

Course à pied avec Google Glass

Course à pied avec Google Glass

Licence : Tous droits réservés -- Copyright


Un inconvénient important sur cet aspect est le déséquilibre qui pourra se faire sentir lors de rencontres : le niveau des pratiquants ne sera plus l’unique aspect important pour être bon et fort dans un sport. Celui qui aura les moyens de se payer l’outil aura sans doute plus de chance d’évoluer à un niveau supérieur. On peut alors se poser la question de la légitimité de cet outil lors des compétitions sportives. A priori, il y a fort à parier que les lunettes seront interdites pour une raison d’équité et de dopage technologique.


Le milieu du tennis a déjà été touché par le projet du géant américain grâce au buzz réalisé par la joueuse américaine Bethanie Mattek-Sands qui a accepté de porter ces lunettes lors de son entrai-nement avant le tournoi sur herbe de Wimbledon. Google a contacté la joueuse dans un but promo-tionnel. Voici la vidéo :

Explorer Story: Bethanie Mattek-Sands [through Google Glass]
Explorer Story: Bethanie Mattek-Sands [through Google Glass] (Vidéo)

Vidéo

Une journée avec Béthanie Mattek-Sands, joueuse de tennis professionnelle, munie des fameuses lunettes Google
Google Glass
Licence : Tous droits réservés -- Copyright


Son expérience avec les lunettes a été pour elle une réelle satisfaction, et n’en a vu que des avantages, d’après ses déclarations “Le potentiel des Google Glass dans le monde du sport est énorme ! Elles peuvent connecter les athlètes, coaches et fans d’une manière totalement nouvelle” .


L’arbitre pourrait également être la cible de ce produit. Aujourd’hui, la RefCam a déjà été es-sayée sur quelques-uns d’entre eux . L’arbitre pourra consulter, grâce à ce nouveau produit, des actions qui se sont déroulées auparavant et pour lesquelles il n’a pas eu le temps de prendre la bonne décision (fautes, buts, actions hors de son champ de vision…). Ce produit l’aidera donc dans ses jugements et ses prises de décisions.


2. Le spectacle sportif :


La demande, de la part des supporters et des médias, est de plus en plus pesante pour les clubs. En effet, le public a sans cesse le besoin de nouveautés et d’assister aux matchs d’une façon surpre-nante. En France, on remarque que les fréquentations dans les stades de football sont en constantes régressions . L’outil apporté par Google pourra permettre aux supporters et aux médias d’assister à la rencontre en revêtant les lunettes et ainsi revoir des actions de buts litigieux, d’avoir des informa-tions en temps réel (blessures d’un joueur, statistiques du match …). Ces informations sont primor-diales pour les médias présents dans le stade : cela pourrait permettre aux journalistes de tenir au courant le plus rapidement possible leurs « clients », et notamment pour la radio, l’internet et la télévision. Les coaches auront également accès aux statistiques de leurs joueurs en temps réel et pourront ainsi effectuer des changements tactiques en fonction de leurs performances sur le terrain.


• L’exemple de l’application « Blue » :


Grâce à l’application « Blue », le supporter qui portera les lunettes et qui assistera à une ren-contre sportive au sein d’un complexe sportif sera localisé. On lui apportera automatiquement toutes les informations importantes concernant la rencontre à laquelle il va assister. C’est un véritable second écran que le fan aura sous, et même sur les yeux. Contrairement à un Smartphone, le spectateur n’aura pas besoin de quitter le match des yeux pour regarder son second écran.

L'application Blue
L'application Blue (Vidéo)

Vidéo

Application spécifique au spectacle sportif
Aaron Draczynski
Licence : Tous droits réservés -- Copyright


De plus, les deux mains du spectateur seront libres afin de pouvoir consommer, à son souhait, bois-sons et autres friandises qu’il pourra commander via une simple demande orale à ses lunettes. Quelques minutes plus tard, sa commande lui parviendra par un salarié du stade.
Des tas d’idées découlent de toutes ces pensées comme la façon d’accueillir le spectateur et no-tamment lors de son expérience MatchDay. Le spectacle sportif pourrait être comparable au cinéma et notamment en ce qui concerne la billetterie : le spectateur pourra s’il le souhaite acheter sa place sous forme de pack : soit juste le billet, soit avec supplément lunettes (applications disponibles, etc.) pour le match auquel il va assister (comme les lunettes 3D au cinéma).


Le sport est donc un des secteurs privilégiés par l’entreprise américaine pour développer et communiquer autour de leur projet phare. On a pu voir les multiples avantages que les lunettes pourraient apporter au monde du sport en général, mais d’autres secteurs sont également ciblés par Google pour développer leur « Glasses » comme le milieu hospitalier, la grande distribution, la por-nographie etc.


B. Les Google Glass et le milieu professionnel


Si le milieu du sport est, de par sa notoriété et son impact sur les populations, utilisé comme vi-trine pour le lancement des Google Glass, le monde professionnel est également pris en exemple pour exhiber les potentiels bénéfices que le futur utilisateur pourra retirer de ces lunettes technologiques.


En réalité, la cible prioritaire de Google semble bien être les professionnels. En effet, la multi-nationale promet à différents secteurs une simplification des tâches à travers l’utilisation de Google Glass. L’article « Les Google Glass : Quels apports en entreprise ? » , rédigé par Antoine Crochet, dresse notamment une liste  non-exhaustive des secteurs d’activité qui voient leur quotidien bouscu-lé par l’utilisation d’un tel gadget : la santé, l’éducation, les transports, le design, la distribution ou la maintenance.


1. Quelques exemples :


La santé 
Si de nombreuses professions composent le secteur de la santé, l’apport des Google Glass sem-blerait, en priorité avoir lieu dans le cadre d’interventions sur un patient et d’urgences médicales : les médecins urgentistes pourront recevoir les images d’un futur patient en cours de transport ou encore sur le lieu d’un accident afin d’estimer préalablement les séquelles et de préparer au mieux une future intervention.
Plus que le médecin urgentiste, Antoine Crochet estime que le chirurgien pourrait recevoir une aide considérable en cours d’intervention grâce à l’affichage en temps réel des données médicales du patient (rythme cardiaque, température corporelle, etc.), mais également par la possibilité de joindre à distance un spécialiste en cours d’opération. Si cette dernière technique est déjà utilisée, la plus-value apportée par les Google Glass serait le partage d’images de l’opération en temps réel.


Le monde des transports
Capable d’inclure des applications déjà existantes, les Google Glass pourraient bien entendu, remplir une fonction de GPS, outil indispensable dans le monde des transports. Jusqu’ici rien d’innovant. Une des nouveautés envisagées est l’apparition des conditions de navigation en temps réel à l’œil du conducteur (trafic dense, travaux, accidents, etc.). Cette information essentielle per-mettrait un gain de temps et de confort considérable pour l’usager.
L’article « Google Glass : 5 Industries it will change forever » , écrit par Joe Levy, prend no-tamment en exemple le monde de l’aviation dans lequel les pilotes de ligne pourraient tirer de nom-breux bénéfices de l’utilisation des Google Glass. Ils auraient alors accès, par exemple, aux infor-mations météorologiques en temps réel, aux coordonnées de l’aéroport le plus proche en cas d’urgence, et auraient un moyen de communication avec les personnes au sol tout en gardant toute leur attention sur le pilotage de l’avion. La prise en main de l’appareil pourrait également être facili-tée par la visualisation de la lourde documentation technique liée au pilotage directement à travers le verre des lunettes.


2. Des applications spécifiques aux entreprises


L’apparition des Google Glass semble stimuler un marché parallèle : celui de la création d’applications. Si l’omniprésence des Smartphones et l’essor des tablettes permettent à ce marché d’être très actif,  une nouvelle dynamique pourrait être insufflée par la commercialisation des lu-nettes Google puisque des applications spécifiques sont déjà en réflexion. DITO, une entreprise spécialisée dans la création d’applications Google, ne s’est pas fait prier pour se frayer un chemin dans ce marché porteur et innovant. Selon Dominique Filippone, rédacteur pour Lejournaldu-net.com, « DITO travaille sur plusieurs apps de réalité augmentée pour les futures lunettes interac-tives de Google » .


Pour quelle utilisation ?
Le milieu professionnel semble encore une fois être la cible prioritaire des Google Glass. La première réflexion porte sur une application de modélisation de construction pour le secteur du bâ-timent qui se traduirait par une localisation « des éléments de construction »  mais aussi par l’affichage « dans les écrans des Google Glass, des schémas de câblage » . Le gain et l’optimisation du temps passé sur le chantier sont alors les objectifs prioritaires de cet outil techno-logique.
Si l’entreprise DITO est un précurseur sur le marché de la conception d’applications en milieu professionnel, il y a fort à parier que de nombreux concurrents lui emboiteront le pas. Et le secteur du bâtiment ne sera probablement pas le seul à bénéficier de telles applications.


Outil d’espionnage ?
L’utilisation des Google Glass pourrait marquer un tournant dans l’histoire de la concurrence entre entreprises. Discrètes et dotées d’une fonction d’enregistrement audio et vidéo, ces lunettes pourront servir d’outil de veille concurrentielle comme en témoigne Antoine Crochet : « Les Google Glass peuvent être ainsi utilisées pour obtenir des données stratégiques (…) et même lors d’opérations d’espionnage et de la concurrence » . En effet, un individu équipé des Google Glass pourra capter les prix et promotions pratiqués sur le site de vente d’un concurrent, mais également les pratiques de ventes utilisées par l’enseigne. Pratique commune dans le milieu de la distribution, le relevé des prix et des promotions chez la concurrence pourrait s’intensifier dans les années à venir grâce à une plus grande discrétion permise par l’utilisation des lunettes Google. De franchir un nouveau palier en matière de concurrence et banaliser les pratiques d’espionnage dans le secteur professionnel.


3. Exemple d’autres secteurs concernés par les Google Glass


Il semble admis que l’impact des Google Glass ne se limitera pas au monde sportif et profes-sionnel. Les différentes fonctionnalités que pourront remplir ces lunettes influenceront évidemment de nombreuses pratiques. Le mode enregistrement audio/vidéo sera probablement l’un des plus uti-lisés par les clients de Google. Nous pouvons donc imaginer des répercussions sur deux secteurs en particulier : le cinéma et les médias.


Impact sur les médias
Il n’est pas rare que les chaînes de télévision aient recours à une « vidéo amateur », prise par un témoin d’une situation inhabituelle, dans leurs bulletins d’informations. L’apparition du Smartphone a intensifié ce phénomène. Chaque individu étant muni d’un téléphone servant de caméscope miniature, à portée de main, qu’il est prêt à dégainer pour capter un évènement original ou extraor-dinaire, bien avant que les reporters des chaînes de télévision n’aient le temps de se rendre sur place.
La future commercialisation des Google Glass pourra alors être un moyen encore plus rapide de capter, en son et en image, une situation hors du commun. Dès lors, plus besoin de sortir le télé-phone de sa poche, ni d’appuyer sur une touche pour lancer l’enregistrement : un simple mot per-mettra d’obtenir une vidéo à la première personne, pour encore plus de réactivité et de réalité.


Impact sur le cinéma
Les modes d’enregistrement ont largement évolué avec le temps, notamment grâce à la minia-turisation des équipements. Ces évolutions ont également impacté le monde du cinéma. Nous évo-quions plus haut l’importance grandissante des films vidéo captés à l’aide des téléphones portables. Cela est vrai également dans ce milieu puisque le nombre de films et de documentaires amateurs, réalisés à l’aide de Smartphones, est grandissant. En témoigne l’émergence récente de festivals con-sacrés à ces animations. Créé en 2005, le Festival « Pocket Film »  est le premier du genre à ré-compenser les films réalisés à partir de mobiles. Pour l’anecdote, le premier prix de cette édition a été attribué à Galienni pour son film « Décroche ».
Dans la foulée, d’autres festivals, comme le Mobile Film Festival , ont été créés. La chaîne de télévision ARTE a pour sa part, lancé un appel à candidatures pour diffuser sur son antenne un tel programme.


Il ne serait alors pas surprenant, que les Google Glass emboîtent le pas du téléphone mobile dans la production de films et de documentaires. L’avantage des lunettes serait alors de pouvoir filmer une scène à la première personne, permettant au spectateur de se mettre dans la peau du per-sonnage.
D’ailleurs, James Deen, un acteur et producteur de films pornographiques, n’a pas tardé à utili-ser les Google Glass pour tourner son prochain film, dont le trailer est sorti le 23 juillet 2013, susci-tant autant d’engouement médiatique que de critiques autour des dérives liées à l’utilisation de ces lunettes.

Film pornographique avec Google Glass

Film pornographique avec Google Glass

Licence : Tous droits réservés -- Copyright


III. Les problèmes de ce projet :
A. La vie privée


On est au cœur du problème concernant les Google Glass. La principale crainte qu’attisent ces lunettes concerne la sécurité des données privées. Tout le monde sera capable « d’épier » tout le monde. Le seul indice qui permettra de savoir si on est filmé est la présence d’une LED rouge au moment du recording. Encore faut-il y faire attention. Ce qui dérange c’est le fait de pouvoir être filmé et pris en photo sans notre consentement. « Dans la bouche des défenseurs des droits, revient souvent le terme de "surveillance décentralisée". Sous-entendu: avec les Google Glass ce n'est plus seulement la NSA qui vous espionne, mais tout le monde qui est susceptible d'espionner tout le monde » . L’expression « ma liberté s’arrête là ou celle des autres commence » prend alors tout son sens. Celle-ci ne doit pas être en défaveur des autres.


La question va bien au-delà du pouvoir des services secrets (qui à titre d’information se base déjà sur les données de Google) mais c’est la possibilité d’une personne Alpha, de capter à n’importe quel moment, et à n’importe quel endroit, des images sans nuire à la vie privée d’autrui. Pour répondre à ce problème, Google a déclaré ne pas intégrer de système de reconnaissance faciale. Mais cela ne suffit pas à nous rassurer. En effet, il n’aura pas fallu beaucoup de temps pour jailbreaker  un iPhone. Il en sera sûrement de même pour les Google Glass.


Cette problématique de la vie privée est notamment défendue par le mouvement « Stop The Cyborgs »  qui se veut anti-Google Glass. Ce groupe de personnes tente de sensibiliser la popula-tion aux dérives possibles apportées par ces lunettes. Mais ils sont loin d’être les seuls à redouter cet outil, puisque des bars, casinos et même des pays (essentiellement lors de la conduite) ont interdit le port des lunettes.


B. Le piratage


Véritable fléau des temps modernes, où l’informatique est omniprésent et fait partie intégrante du quotidien d’une grande partie de la population mondiale, le piratage est défini par Larousse comme l’action d’ « accéder illégalement à un système informatique depuis un ordinateur distant afin d'en consulter les données, de les modifier, voire de les subtiliser » . Autrement dit, le piratage représente une violation de la propriété informatique privée des individus.
Petit bijou de technologie, les Google Glass pourront-elles échapper à cette intrusion ? Il sem-blerait d’ores et déjà que non, puisque certains génies de l’informatique ont à priori réussi à les pira-ter. C’est le cas notamment de Jay Freeman, habitué du Jailbreak de Smartphones et de tablettes, qui a rapidement pu accéder à des données auxquelles le créateur ne laisse pas l’utilisateur accéder nativement.
Quelles seraient alors les conséquences d’un tel piratage ? Jay Freeman considère que l’irruption dans les lunettes Google aurait des conséquences (ou des avantages, c’est selon) plus importantes que s’il s’agissait d’un ordinateur ou d’un Smartphone :
« Une fois que le hacker a piraté les lunettes, il a bien plus de pouvoir que s'il avait accès au téléphone ou même à l'ordinateur : il a en effet le contrôle d'un appareil photo et d'un micro-phone attachés à votre tête. Des lunettes piratées n'observent pas seulement tous vos mouve-ments : elles observent également tout ce que vous regardez et écoutent tout ce que vous faites. La seule chose auxquelles elles n'ont pas accès sont vos pensées » .
Les Google Glass n’étant pas encore commercialisées, la question se pose de savoir si le modèle final sera protégé de telles intrusions, sans quoi l’insécurité des données personnelles sera certainement mise en avant par les réfractaires à cette nouvelle technologie.


C. Un frein à la sociabilité


« La sociabilité est la capacité d’un individu ou d’un groupe d’individus à évoluer en société, et à pénétrer au sein de nouveaux réseaux sociaux » . La question, les nouvelles technologies favorisent-elles le lien social, reste d’actualité. De nos jours, la génération Y est constamment connectée. Certains sont même « addict » et ne peuvent s’empêcher de regarder leur téléphone, e-mail … Les Google Glass ne devraient pas améliorer cela. Les internautes en sont conscients car sur internet on peut voir de nombreuses vidéos parodiques. Les lunettes inquiètent et notamment sur le quotidien. On aura l’occasion de communiquer avec le monde entier mais pour autant rester dans sa « bulle » et donc être isolé.


Actuellement, les réseaux sociaux permettent de créer du lien social virtuel mais au détriment du lien réel ce qui aboutit à une forme d’isolement et de rupture avec le monde. Tout cela va donc dépendre de l’usage que l’on va en faire. Finalement, la véritable interrogation reste sur la place que va se faire cet objet dans la société. Comment vont-elles s’intégrer dans notre quotidien ? Vont-elles être acceptées ?


A priori, s’entretenir avec une personne qui porte les Google Glass apparait désagréable voire effrayant. Est-il en train de regarder ses emails, de me prendre en photo … ça ne donne pas envie de communiquer avec une personne qui est susceptible de faire autres choses. Il y a une part de réticence envers la place de cet objet dans une relation à autrui. L’utilisation ne devrait pas être abusive. L’utilisateur devrait donc trouver le juste milieu pour utiliser et mettre sur son nez ces lunettes. Certaines situations ne s’y prêtent pas encore mais la place de cet objet évoluera avec le temps. Dans une moindre mesure, on peut les comparer aux kits mains libres, qui à leur sortie s’accablaient les critiques mais ont su au fil du temps se faire une place dans la société.

CONCLUSION


Le monde numérique a donc connu des bouleversements majeurs depuis quelques années, comme l’apparition de l’internet et la banalisation de l’utilisation d’outils technologiques tels que les Smartphones et les tablettes tactiles. La création des Google Glass semble être une nouvelle étape dans la modernisation de notre monde. S’il est impossible de juger de l’impact qu’elles auront sur nos sociétés, de nombreux spécialistes s’accordent à dire que leur utilisation modifiera considé-rablement de nombreuses pratiques : sportives, professionnelles, mais également celles de la vie de tous les jours.


Deux versants s’opposent d’ores et déjà :
• les impatients : férus de nouvelles technologies et adeptes d’un monde connecté, dont l’utilisation des Google Glass sera un outil indispensable pour le partage de contenu immédiat et l’interaction avec la toile
• Les réfractaires : rebutés à l’idée d’être dépendant d’une firme internationale qui aura vrai-semblablement accès à toutes les informations captées par les dites lunettes et soucieux de protéger leur vie privée. Le risque de piratage, pouvant notamment avoir comme conséquence le partage involontaire d’images personnelles, la prise de clichés contre le gré des personnes concernées, et une possible reconnaissance faciale, profitant à l’industrie en général, influant sur les modes de con-sommation des individus, sont les principales craintes des opposants à ce projet.


D’autres encore profitent de l’annonce du lancement des Google Glass pour créer le « Buzz » à tra-vers des vidéos ironiques dont l’objectif semble être, de dénoncer les potentielles dérives de l’utilisation des lunettes technologiques. Ce qui est certain, c’est que ce nouvel outil  est déjà sujet à de nombreux débats qui ne s’estomperont pas à mesure que la commercialisation au grand public approche (fin 2013/début2014) et qui promettent de s’intensifier avec les premiers usages.
Outil stratégique, social ou d’espionnage, le grand public sera très prochainement en mesure de se forger son propre avis sur la question...



Bibliographie

ARTICLES EN LIGNE SUR SITES INTERNET


AFP, « 6,3 écrans en moyenne par foyer », 20/02/2013, http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2013/02/20/97002-20130220FILWWW00545-63-ecrans-en-moyenne-par-foyer.php, (page consultée le 02/12/2013).

B. Michaël, « Stats : le taux de remplissage de la ligue 1 », 2011, http://www.moustachefootballclub.com/article/2011/2/stats-:-le-taux-de-remplissage-de-la-ligue-1, (page consultée le 02/12/2013).

BEMBARON Elsa, « De plus en plus d’écrans dans les foyers français », 01/08/2012, http://www.lefigaro.fr/medias/2012/08/01/20004-20120801ARTFIG00565-de-plus-en-plus-d-ecrans-dans-les-foyers-francais.php, (page consultée le 02/12/2013).

CROCHET-DAMAIS Antoine, « Les Google Glass : quels apports en entreprise ? », 2013, http://www.journaldunet.com/solutions/dsi/google-glass-pour-pro.shtml, (page consultée le 02/12/2013).

CROCHET-DAMAIS Antoine, « Les Google Glass : quels apports en entreprise ? », 2013, http://www.journaldunet.com/solutions/dsi/google-glass-pour-pro.shtml, (page consultée le 02/12/2013).

DUFFEZ Olivier, « Google Glass », 2012, http://www.webrankinfo.com/google/glass.htm, (page consultée le 02/12/2013).

FILIPPONE Dominique, « Google Glass : les premières apps pour entreprises arrivent », 21/06/2013, http://www.journaldunet.com/solutions/saas-logiciel/google-glass-en-entreprises-0613.shtml, (page consultée le 02/12/2013).

GREENBERG Andy, « Google Glass hacked with QR code Photobombs », 17/07/2013, http://www.forbes.com/sites/andygreenberg/2013/07/17/google-glass-hacked-with-qr-code-photobombs/, (page consultée le 02/12/2013).

KALLENBORN Gilbert, « une pro du tennis porte les Google glass à Wimbledon », 26/06/2013, http://www.01net.com/editorial/598495/une-pro-du-tennis-porte-les-google-glass-a-wimbledon/, (page consultée le 02/12/2013).

LEVY Joe, « Google Glass: 5 Industries It Will Change Forever », 07/06/2013, http://www.readwrite.com/2013/06/07/google-glass-5-industries-it-will-change-forever#awesm~omdxcuByoz4E4Q, (page consultée le 02/12/2013).

MARSHALL Gary, « Who’s afraid of Google Glass? », 02/05/2013, http://www.techradar.com/news/portable-devices/who-s-afraid-of-google-glass--1148601, (page consultée le 02/12/2013).


MOREL Anthony, « le wearable computing, la prochaine grande révolution informatique », 08/02/2013, http://www.bfmtv.com/economie/wearable-computing-prochaine-grande-revolution-informatique-443648.html, (page consultée le 02/12/2013).

PIRATE, « Google Glass : le hacker Jay Freeman les a déjà jailbreakées », 02/05/2013, http://www.atlantico.fr/atlantico-light/google-glass-hacker-jay-freeman-deja-jailbreakees-715000.html, (page consultée le 02/12/2013).

 « Ref Cam : caméra sur l’arbitre d’un match de rugby », 08/03/2013, http://www.spi0n.com/ref-cam-camera-sur-larbitre-dun-match-de-rugby/, (page consultée le 02/12/2013).

RIVINGTON James, « Google Glass: what you need to know », 07/11/2013, http://www.techradar.com/news/video/google-glass-what-you-need-to-know-1078114, (page con-sultée le 02/12/2013).

SOLOMON Kate, « How do you know if someone's recording with Google Glass? », 03/07/2013, http://www.techradar.com/news/portable-devices/other-devices/how-do-you-know-ifsomeone-s-recording-with-google-glass--1163374, (page consultée le 02/12/2013).

« Stop the Cyborgs », [http://stopthecyborgs.org/about/], (page consultée le 02/12/2013).

TORRE Marina, « Pourquoi les Google Glass font tant frémir ? », 04/07/2013, http://www.latribune.fr/technos-medias/20130704trib000774024/pourquoi-les-google-glass-font-tant-fremir.html, (page consultée le 04/11/2013).

ZAX David, « The latest on Google glass », 02/01/2013, http://www.technologyreview.com/view/509456/the-latest-on-google-glass/, (page consultée le 02/12/2013).


SITES INTERNET


Larousse, [en ligne], http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/pirater/61127, (page consultée le 02/12/2013).

Mobile Film Festival, [en ligne], http://fr.mobilefilmfestival.com/, (page consultée le 02/12/2013).

Pocket films, [en ligne], http://www.festivalpocketfilms.fr/, (page consultée le 02/12/2013).

Wikipédia, [en ligne], http://fr.wikipedia.org/wiki/Sociabilit%C3%A9, (page consultée le 02/12/2013).

 
 

Notes de lecture

Les Google Glass, un vrai danger pour la vie privée?

Google s’apprête à révolutionner le business et le jeu NBA

Google Glass hacked with QR code Photobombs

Les Google Glass : Quels apports en entreprise ?

The Latest on Google Glass

Qu’est-ce que le Wearable Computing ?

Google Glass peut-il révolutionner le sport à tous les étages ?

Google Glass: what you need to know

La versión comercial de Google Glass ya está en camino

Google Glass (lunettes à réalité augmentée)