Chargement en cours

Synthèses rédigées par les étudiants du cours de Culture numérique

Un espace colaboratif
Un espace colaboratif

Les Fablabs ou Fabrication Laboratories

Emmanuelle Viel, Rose-Marie Scholtsz, Patricia Philbert (ESPE)
(déposé le 2014-11-19 09:03:15)

Les Fablabs ou Fabrication Laboratories

Bienvenue au Fablab

Bienvenue au Fablab

Fablab de Caen
Licence : Domaine Public

Définition

Les “Fabrication laboratories” ou “laboratoires de fabrication", appelés Fablabs, sont des espaces mettant à la disposition des usagers différents outils et machines numériques. Le principe étant le “Do it yourself”. Afin de permettre l’échange et la compatibilité entre les différentes unités réparties dans le monde, une charte préconisant certaines valeurs a été établie: partage des données, ouverture et accessibilité, emploi de certaines machines comme par exemple:

imprimante 3D

découpeuse laser

fraiseuse numérique

découpeuse vinyle

machine à coudre

Qu'est-ce qu'un Fablab ?
Qu'est-ce qu'un Fablab ? (Vidéo)

Vidéo

Cité des sciences et de l'industrie
Licence : Creative commons - by

Historique

Nous devons ce concept à Neil Gershenfeld. Ce professeur américain au MIT “ Massachusetts Institute of Technology” créa à la fin des années 1990, un cours intitulé: « How to make (almost) everything » “ comment fabriquer (à peu près) n’importe quoi”. Il mit à disposition de ses étudiants un atelier équipé de machines numériques afin que ceux-ci passent de la conception à la réalisation. Le premier Fablab sera créé au sein de cette université puis exporté dans le monde entier. En France, les premiers apparurent en 2009, certains issus des Espaces Numériques Public EPN.

Histoire des Fablabs
Histoire des Fablabs (Vidéo)

Vidéo

Cité des sciences et de l'industrie
Licence : Creative commons - by

Des espaces de bricolage ?

Les Fablabs sont-ils dans la lignée de l’explosion des “loisirs créatifs” ? Est-ce un retour à l’atelier de “bricolage” revu et corrigé grâce aux techniques numériques ? Sont-ils une mode et, comme telle, éphémère ?

La situation économique amène une partie de la population à revoir son rapport à la consommation, à essayer de réparer pour faire durer les objets. D’autres sont attirés par la création artisanale ou artistique ou par  la personnalisation. D’ailleurs, les grands industriels ont pris la mesure de cette tendance, en témoignent l’explosion des grands magasins de bricolage et les options de personnalisation pour les meubles suédois, par exemple. Bricoleurs, réparateurs ou créateurs, tous peuvent se retrouver dans le concept du Fablab.

L'établi

L'établi

Fablab de Caen
Licence : Domaine Public

ou

La troisième révolution industrielle ?

Mais d’autres vont plus loin et voient, dans la création des Fablabs, une réaction au mode de production capitaliste. D’aucuns emploient le terme de “troisième révolution industrielle”.

Le modèle américain : Rifkin, Anderson  

C’est Jeremy Rifkin, qui popularise, dès les années 2000, ce terme de TRI: Troisième Révolution Industrielle, en estimant que la convergence entre les technologies des énergies renouvelables et les NTIC (nouvelles technologies de l’information et de la communication) devrait conduire à modifier profondément les modes de production existants. Selon cet économiste américain (interview accordée à Télérama, le 18/09/2014), une mutation économique et un reconditionnement du capitalisme seraient d’ores et déjà perceptibles. Le changement impulsé par les nouvelles technologies émanerait du coût marginal zéro (en effet, les entrepreneurs cherchent à améliorer la productivité de leur entreprise, notamment en réduisant ces coûts). Le nouveau modèle de production serait “Internets”: celui de l’information, celui de l’énergie et celui des objets. D’autres d’auteurs comme Chris Anderson, estiment aussi que les Fablabs pourraient être à l’origine de cette troisième révolution industrielle. Les “makers” créent dans les Fablabs, déposent leurs plans en open-source, profitent ainsi de l’expérience commune et deviennent des entrepreneurs, prenant ainsi une part de la production.

Le livre de J. Rifkin

Le livre de J. Rifkin

Palgrave Macmillan (5 février 2013)
Licence : Tous droits réservés -- Copyright

Une théorie néanmoins réfutée par ses détracteurs…en ce qui concerne les imprimantes 3D, par exemple, le coût marginal zéro semble inconcevable (stock matières premières, production de plastique, livraison, frais de fonctionnement…).

Le terme de révolution s’applique peut-être au départ puisque, avec un investissement réduit, chacun peut être amené à construire un prototype qui trouvera sa place sur le marché, mais la suite sera très classique. On se retrouve ici avec les ingénieux et autres ingénieurs, comme Bill Fernandez et Steve Wozniak ayant inventé dans leur garage le premier ordinateur qui sera à l'origine d'une grande industrie capitaliste : Apple.

Ou véritable révolution ?

Rifkin est fortement critiqué par Jean Gadrey, par exemple. Celui-ci emploie, à propos de ce modèle, le terme de “Société des Barbapapa”. En effet, croire que les objets sont plastiques et recyclables infiniment et, de ce fait, qu’ils peuvent tendre vers un coût zéro est une utopie, sans compter le prix des énergies, y compris renouvelables. De plus, cette vision n’est pas révolutionnaire, en ce sens qu’elle ne remet rien en cause et surtout pas la consommation. C’est aussi une vision ambigüe de croire que consacrer ses loisirs à produire permettrait de sortir du capitalisme. En effet, nous travaillons pour un salaire, afin de satisfaire nos besoins vitaux : nourriture et logement. Nos rapports avec la société sont régis par des contrats, des règles. Imaginons que la fabrication en atelier dépasse le passe-temps, la personnalisation ou l’objet non-rentable et permette de vivre, de nouveaux contrats devraient être établis, les rapports avec les pairs et avec le marché devraient être clarifiés. Il serait hors de question de tout produire dans un seul fablab et de vivre en autarcie. Des spécialisations verraient le jour et donneraient à nouveau naissance à une société industrielle. Un éternel recommencement ?

Mais les Fablabs, appelés par certains “Fabulous Laboratories”, pourraient accompagner une prise de conscience sociétale .

Des éléments de rupture : 

Les Fablabs peuvent être vus comme un changement de comportement social, à savoir, un essoufflement de la logique consumériste et individualiste, doublé d'une avancée écologique. L’industrie produit des objets à obsolescence programmée, impossibles à réparer, encore moins à modifier. Les laboratoires mettent à disposition des machines pour réparer des objets du commerce. La dimension écologique est présente dans la notion de recyclage uniquement, les matières employées (plastique pour l’imprimante 3D) et la consommation ne sont pas pour le moment des priorités .

Maker Bot en action

Maker Bot en action

Fablab de Caen
Licence : Domaine Public

Les Fablabs prennent résolument le contrepied d'une consommation de masse, interrogeant ainsi le lien entre production et écologie. Dans un premier temps, une production en petite série permet d'éviter le gaspillage. Une économie de proximité, une relocalisation et un meilleur usage des ressources sont privilégiés. Certains ateliers travaillent autour de la production et le stockage d'énergie (fours solaires, projet i2R d'EDF, etc.). 

Des exemples d' "agriculture 2.0": Dans le Missouri, Marcin Jakubowski, a conçu les plans  de fabrication d'un tracteur et le kit de construction d'un village global, regroupant 50 outils .La communauté mondiale "windows farms" a élaboré des méthodes et outils permettant de cultiver fruits et légumes derrières les fenêtres d'habitations citadines.

Chaque production en Fablab a pour vocation, d'après la Charte, de donner naissance à une documentation sous forme de fichiers en opensource .Ceux-ci appartiennent au bien commun. Ils sont réutilisables et modifiables à volonté. Leur usage améliorant sans cesse le projet initial. La collaboration au sein des ateliers renforcent donc leur valeur. Juridiquement, d'après la Charte, "des activités commerciales peuvent être incubées dans les Fablabs, mais elles ne doivent pas faire obstacle à l'accès ouvert. Elles doivent se développer au-delà du lab plutôt qu'en son sein et de bénéficier à leur tour aux inventeurs, aux labs et aux réseaux qui ont contribué à leur succès."

la charte

la charte

Fablab de Caen
Licence : Domaine Public

Les Fablabs sont clairement en opposition avec la production de masse de l’industrie. Il est possible de répondre à des demandes non-rentables, d’adapter les objets aux besoins réels.

D’autre part, l’usager change de statut, il n’est plus consommateur mais devient acteur, voire créateur. Les plans étant mutualisés, diffusés en open-source, il peut les réaliser mais aussi les modifier, les améliorer, les personnaliser. Chacun peut créer ses propres projets, des prototypes dont les plans seront libres d’accès, contrairement à l’industrie .

Un élément important des Fablabs est la pédagogie. Le principe du DIY (Do It Yourself), il n’y a pas de spectateur, celui qui ne sait pas faire apprend d’autrui. Le savoir-faire est partagé.

Les Fablabs réunissent sur la toile et dans les ateliers une population dont le but est de créer collectivement. Un quartier peu se réunir autour d’un Fablab, chacun peut s’investir à son échelle et mutualiser ses compétences. Cela induit un changement de comportement social, favoriser la convivialité et redonner confiance dans sa propre capacité à faire en valorisant la production personnelle.

Il n’est  plus question de faire appel à une main d’oeuvre bon marché ou de délocaliser, chacun participant à la fabrication.

Est-ce une utopie ?

Aux origines d’internet, les mêmes principes de partage, de communauté ont prévalu jusqu’à ce que l’enjeu économique soit tel que les investisseurs s’approprient et verrouillent le système. N’est-ce-pas ce qui risque de se passer avec les Fablabs ?

Les enjeux des Fablabs

Les enjeux sociaux ou “être et faire ensemble”

Il parait judicieux de réduire la fracture numérique en facilitant l’accès aux nouvelles technologies (faibles frais de participation, public large, proximité encouragée…). La question de l’appropriation sociale des outils de fabrication apparaît dès l’année 2000. Elle sous-entend une approche originale de la pédagogie et des cursus classiques de formation. L’enjeu initial est, en effet, d’instaurer une dynamique d’éducation populaire et de proposer ainsi une vulgarisation des connaissances scientifiques (accessibles désormais aux “non-spécialistes”). L’accompagnement, au même titre que l’autoformation, se révèlent nécessaires à une appropriation collective et individuelle des outils. Le développement des Fablabs dépend du maintien de la bricolabilité et l’interopérabilité des dispositifs technologiques informatiques.

Un espace colaboratif

Un espace colaboratif

Fablab de Caen
Licence : Tous droits réservés -- Copyright

L’innovation des usages s’inscrit dans une démarche de partage, de transmission et de participation active, tant sur le plan documentaire que sur le plan pédagogique. L’acquisition des compétences s’effectue grâce aux membres de la communauté. En ce sens, les Fablabs pourraient permettre, à l’avenir, par le biais de la formation (100 000 stages en Europe, en 2013), l’insertion professionnelle de publics en difficulté. La notion d’utilité sociale implique également l’identification de lieux appropriés et adaptés aux activités proposées. En France, divers espaces d'appropriation des techniques, des savoirs, des outils et moyens d’expression sont mis à disposition des usagers encourageant ainsi la notion de bien commun.  

Les enjeux économiques

L’usage des Fablabs soulève toutefois de multiples questions sur le plan économique:

Une économie alternative pourrait s’instaurer, en soutenant, par exemple, les initiatives locales (“artisans 2.0”...). Nous assisterions alors à l’émergence de nouveaux métiers, de nouveaux modes de production.

Par exemple à Clermont-Ferrand, où un FabLab a été développé par une jeune habitante qui déplorait que Pôle Emploi ne lui offre pas les outils adéquats à la mise en oeuvre d’un projet professionnel.

Pour recréer un tissu économique, un membre du Congrès américain vient de proposer un “National FabLab Network Act” pour développer un réseau en partenariat privé et inciter la création d’entreprises donc d’emplois.

Une diminution des coûts peut être effective en supprimant un nombre conséquent d’intermédiaires. Ainsi, les frais relatifs aux licences et autres droits seraient moindres.

Par contre, un développement du concept pourrait bouleverser une partie des logiques du marché basées sur l’offre et la demande. Il pourrait également contribuer, au sein de populations vulnérables, à des délocalisations et dématérialisation de l’emploi ou de la production, et priver des artisans ou des PME d'un marché potentiel. La création et la diffusion de copies illégales d’objets pourraient être facilitées.

Une prise de conscience de notre société de consommation engendre de belles initiatives dans le domaine de l'écodéveloppement, à l'instar de l'Eco-design FabLab de Montreuil. Piloté par l'APEDEC (Association des professionnels de l'eco-design et l'eco-conception), cet atelier collaboratif favorise la réparation d'objets et le recylage de déchets collectés localement. Les participants, du particulier à l'entrepreneur bénéficient de l'aide de designers pour produire des pièces originales et écoconçues. On parle alors d'une "écologie open-source".                   

L’application en milieu scolaire, universitaire et culturel

L'éducation:

Le projet FabLab@School est né en 2009, à l’initiative du Professeur Paulo Blikstein (Université de Stanford, US). Réservé aux étudiants, dans un premier temps, il s’étend désormais au second degré. L’implantation reste peu coûteuse. L’accès aux outils scientifiques et numériques est considérablement simplifié et adapté à l’âge de l’usager. Des programmes pédagogiques, régulièrement révisés, ont été rigoureusement élaborés afin de permettre aux élèves cette ouverture à la fabrication numérique (particulièrement en sciences, mathématiques, technologie…). Loin d’une uniformisation de l’apprentissage, ils encouragent l’interdisciplinarité, la créativité et le travail collaboratif. L’innovation et autres découvertes scientifiques deviennent partie intégrante du projet culturel de l’école. Les activités sont gratuites et en opensource.

En France, le collège Louise Michel de Lille a introduit une imprimante 3D en kit dans ses locaux. Une dizaine d’élèves de 4ème, encadrés par deux animateurs, participent au projet de construction et d’utilisation de la machine. Dans cette perspective, un blog a été créé. L’enseignement intègre une réflexion sur les mots et savoirs du numérique.

Objets fabriqués en 3D par les élèves

Objets fabriqués en 3D par les élèves

Collège Louise Michel
Licence : Tous droits réservés -- Copyright

Le réseau s’est développé à l’échelle internationale (Russie, Danemark, Thaïlande, Australie, Brésil,...). FabLab@School: les Fablabs valorisent l’apprentissage par la pratique alors que notre système scolaire à tendance à favoriser les savoirs théoriques.

Universités: Fablabs et Faclabs

Laurent Ricard et Emmanuelle Roux, enseignants et chefs d’entreprise, sont à l’origine du premier Faclab français sur le campus universitaire de Cergy-Pontoise, en février 2012. Misant sur la pédagogie et la rencontre entre des publics hétéroclites (étudiants, chercheurs, artistes, élèves du 1er degré, biologistes, architectes, designers, philosophes…), il a également implanté un laboratoire dans le quartier du Marais.

Le diplôme universitaire de FabManager est délivré par le FacLab de l'Université de Cergy.

Evolution des missions de la bibliothèque :

Les bibliothèques, s’adaptant aux évolutions techniques et sociales, sont aujourd’hui des tiers-lieux où prévaut la participation. Aussi, les Fablabs semblent-ils répondre aux préoccupations d’une ère de démocratisation d’un accès au savoir. Plusieurs bibliothèques américaines (Sacramento, New York, Chicago…) ont d’ores et déjà expérimenté le concept et favorisé les partenariats (structures spécialisées dans les technologies). Les usagers peuvent ainsi, à travers les Fablabs, approcher la création et ce, quel que soit le média (photographie, vidéo, ateliers d’écriture et publication de son propre livre…). Les enjeux des bibliothèques en terme d’accès, de service, d’éducation et de capitalisation des connaissances trouvent une résonance dans la charte.

L'utilisation en bibliothèque

L'utilisation en bibliothèque

"passer de l’âge de l’accompagnement à l’âge du faire numérique"
Licence : Tous droits réservés -- Copyright

Tous ces laboratoires proposent des lieux et des ressources qui coexistent avec les collections et encouragent autant les pratiques amateurs que les initiatives entreprenariales. Ils contribuent au développement de la translittératie et de la médiation. Les nouveaux services proposés au sein même de l’institution-bibliothèque redéfinissent, en cela, les contours de la profession (fonction éthique, politique, écocitoyenne, sociale, éducative,...)

Au Québec, la politique de développement culturel de la ville de Montréal (2005-2015) tend à “renforcer (leur utilisation) comme outil d’intégration et de développement social”.

Arts visuels :

Ce concept créatif ne pouvait que séduire les acteurs de la scène artistique.

-Quelle pertinence, quel impact sur l’oeuvre intrinsèque, sa diffusion et sa réception, quels enjeux ?

-Quelle légitimité de l’artiste en tant que spécialiste ?

Le Fablab pourrait devenir un facteur de promotion de la création contemporaine:

Par exemple, Diego Movilla, artiste espagnol, travaille sur la théorie de la vitre brisée (problématique sociologique de la destruction et du vandalisme) et se sert du laser comme d’un lance-pierres. Il interroge la reproductibilité des objets et diffuse ses fichiers en ligne, en libre reproduction.

Broken

Broken

Movilla Diego
Licence : Tous droits réservés -- Copyright

Le projet tridimentionnel “Renature bc-class #n” de l’artiste japonais, Ryoichi Kurokawa, est issu d’une réflexion sur la morphologie des insectes. Préalablement scannés en 3D, les diverses techniques utilisées (laser sintering, frittage…) offrent au regard l’apparition d’une singulière et fantomatique architecture moléculaire.

Renature :: BC-Class #N

Renature :: BC-Class #N

Sculpture de Ryoichi Kurokawa
Ryoichi Kurokawa
Licence : Tous droits réservés -- Copyright

Le développement des Fablab locaux : un exemple, celui de Caen

Situé dans les locaux du Forum Digital qui propose des solutions de coworking à Colombelles (agglomération de Caen la mer), le FabLab dispose d'un parc d'outils traditionnels, d'un banc électronique complet et d'un ensemble de machines à commande numérique : 3 imprimantes 3D (Ultimaker, Makerbot, Foldarap), 2 machines à coudre et à broder (Elna et Brother), 1 découpe laser (Epilog Fusion 60 W), 1 fraiseuse 4 axes (Roland MDX-40) et 1 poste de découpe vinyle avec presse à chaud (Roland Camm-24).

accueil

accueil

Fablab de Caen
Licence : Domaine Public

Nous avons interviewé les responsables lors d'une soirée portes-ouvertes le mardi 25 novembre:

Pouvez-vous vous présentez ? Matthieu Debar et Julien Lefevre, nous sommes en présentiel deux jours dans la semaine.

Comment est né le Fablab de Caen ? Il a un an d’existence et a été créé à l’initiative de Relais d’Sciences (Centre de culture scientifique et technique).

Comment est organisé le Fablab: équipe, matériel, fonctionnement ? Il dépend du Relais Sciences. Le Fablab est encore en structuration. Dans 6 à 12 mois, il sera ouvert au public 5 jours dans la semaine. Une rencontre ou visite-conseil est recommandée, en amont de tout projet, pour cerner les besoins et optimiser ensuite l'utilisation des machines.

Que ne peut-on pas y fabriquer ? Nous n'avons pas encore de quoi traiter des objets en métal, fabriquer du mobilier, à cause de la taille des machines, mais c'est un projet.

A qui s’adresse le Fablab de Caen et quelles sont les modalités d’accès ?

Vous pouvez venir à partir de 13/14 ans et nous nous adressons à tout type de profils: particuliers bricoleurs, artistes, entrepreneurs, etc…

Le coût d’utilisation des machines est de 110 euros les 10h, 20 euros les 2h            

Qui sont les membres de la communauté du Fablab de Caen ?

Ce sont des ingénieurs, des artistes plasticiens, des chercheurs, des entrepreneurs...

Pouvez-vous nous citer des projets qui ont été menés à bien au Fablab de Caen ?

La création d’un moule à fromage en forme d’oeuf, c'est un projet artistique d'Elsa R., diplômée de l' Ecole des Beaux Arts de Caen.

Dans un tout autre domaine, on nous demande beaucoup, lors de visites scolaires, de fabriquer des coques pour les I-phones...

Pourriez-vous imaginer la présentation du Fablab aux publics scolaires et le développement d’activités en partenariat ? Nous présentons le concept dans les collèges uniquement, pour le moment, mais un partenariat est envisagé avec l’ESAM (Ecole Supérieure des Arts & Médias de Caen) .

Comment voyez-vous son évolution ? Nous déménagerons prochainement dans de nouveaux locaux (350 m2 en centre ville de Caen en 2015). Nous bénéficierons d'un équipement complémentaire: machines à commande numérique dotées de hottes, stéréolithographie, living lab, imprimante textile, outils destinés à la menuiserie. Les projets collectifs vont se développer (tels que le projet Openbike, en partenariat avec la Maison du vélo, Orange solidarité et la Mission locale), développement du kit d'électrification en opensource.

La machine à découpe laser

La machine à découpe laser

Licence : Domaine Public

Quelles peuvent être les dérives des Fablabs ? 

En France, l’état s’intéresse aux Fablabs, Fleur Pellerin, lorsqu’elle était ministre déléguée à l’économie numérique, voulait créer des Fablabs partout sur le territoire afin de lancer “un grand mouvement d’alphabétisation numérique” et réaliser un “maillage du territoire”. En 2013, 150 projets environ furent déposés et...15 retenus. L’intention était louable. Pour les projets non retenus, se pose la question du financement.

Celle-ci peut amener certains Fablabs à “trahir”, du moins à détourner, l’esprit de la Charte. La création d’un Fablab nécessite un investissement de départ pour l’achat des machines et éventuellement la location de l’atelier. Certains ont été financés par des grands groupes (Orange, par ex.) et doivent leur réserver des plages horaires, privatiser les lieux. Le risque est la main-mise sur les projets et donc un détournement de l’esprit de création voire la récupération .

Même si ce cas est autorisé et encadré par la Charte, les Fablabs sont aussi des lieux où il est possible de fabriquer un prototype destiné à la commercialisation. Dans ce dernier cas, le produit imaginé en Fablab reprend ensuite le circuit classique, même si chacun pourra utiliser les plans et devenir ainsi un potentiel concurrent. Là encore l’esprit fondateur est détourné.

Enfin qu’est-il réellement possible de fabriquer en Fablab ? Selon Jean Gadrey, qui s’appuie sur des chiffres de l’INSEE, seuls 10% des biens sont susceptibles d’être imprimés en 3D. On peut améliorer ce taux en incluant les produits fabriqués avec les autres machines. Mais nous sommes encore loin de chiffres révolutionnaires. Il ne semble possible de fabriquer à coût raisonnable en Fablab que certains produits. L’intérêt étant leur possible personnalisation. Nous ne sommes pas dans une production industrielle de masse. De plus, la technologie des machines peut être un frein à la créativité et nécessite un apprentissage important qui est d’ailleurs pris en compte au sein des ateliers.

Aux Etats-Unis, Cody R. Wilson, fondateur de Defense Distributed, s'appuie sur le second amendement de la constitution et vient d'obtenir une licence fédérale de fabrication. Il espère ainsi créer des fichiers pour la première imprimante 3D à armes.

"Guns want to be free"

D'autres formes d'espaces collaboratifs

En 2013, la DGE ou Direction Générale des Entreprises, a lancé une étude afin de faire un état des lieux des espaces de travail collaboratifs. Devant la diversité des pratiques et des types de structures, elle propose d'utiliser plutôt la dénomination de AFN, atelier de fabrication numérique, cette appellation englobant les Fablabs, comme le montre le schéma ci-dessous.

Galaxie Makers

Galaxie Makers

Des perspectives :

Bien que se révélant être un dispositif récent, Les Fablabs ou ateliers numériques suscitent déjà un engouement à grande échelle. L'esprit Fablab est bâti sur le travail collaboratif, la notion de partage est l'un des principes fondamentaux de la charte instituée par Neil Gerschenfeld, sinon la plus notable. Elle pose les jalons d'un nouveau mode de socialisation, de transmission, de production...Les Fablabs offrent un nouveau regard sur les facultés d’une communauté à favoriser le développement du bien commun, à “faire et apprendre” ensemble, à se réapproprier l’objet, à le valoriser. Cette évolution des comportements et des pratiques trouve une résonance dans divers milieux, économiques, artistiques, écologiques, éducatifs…

Ces ateliers judicieusement implantés et leur fonction sociale soulèvent néanmoins des enjeux qui doivent être pleinement considérés. Il semble utopique d’envisager l’amorce d’une troisième révolution industrielle, comme le proclame l’économiste Jeremy Rifkin. Sur le plan économique, les possibilités de ces structures ne peuvent se soustraire, pour l’heure, à une logique capitaliste. Toutefois, une réduction des coûts de production pourrait favoriser une économie alternative et plus éco-citoyenne à l'échelle locale. Les Fablabs offrent aussi de réelles perspectives en terme d’ insertion professionnelle et d’écodéveloppement. Cette innovation technique appelle également à reconsidérer la pédagogie, la création…. 

Les Fablabs ne sont pas, nous l'avons vu, à l'abri de dérives, mais, il nous semble, que leur raison d'être trouve une légitimité économique, écologique et surtout sociale, par le lien qu'ils permettent de retisser et leur participation au bien commun. Par contre, l'évolution rapide des techniques nous permet de penser que les Fablabs du futur seront sans doute différents de ceux que nous avons découvert au cours de cette étude. Nous citerons Daniel Kaplan qui écrit le 20 octobre dernier, dans Internet-actu.net: "L'internet des objets” rendra de plus en plus indissociables l’existence numérique et physique des objets, mais aussi les liens entre produits et services, des liens que les ateliers de fabrication numérique ont pour l’instant fort peu exploré". Nouvelle voie à explorer, une perspective donc, et le domaine culturel semble tout particulièrement s'y prêter.

Nous terminerons par ces créations prometteuses:

Yoda

Yoda

Licence : Tous droits réservés -- Copyright
  

 

Meubles réalisés par Thomas Mouillon

Meubles réalisés par Thomas Mouillon

ECHOSCIENCES - Grenoble
Licence : Tous droits réservés -- Copyright

robe imprimée en 3D

robe imprimée en 3D

Moma
Licence : Tous droits réservés -- Copyright

sources :

Fablab à l’école http://www.expressoutremont.com/Vie-de-quartier/2014-09-24/article-3880386/Le-FabLab,-une-premiere-au-Canada/1

Le Fablab itinérant : un projet réalisable / Fleur Pellerin developpement numérique à l’école

http://wp.csmb.qc.ca/fablab/fablab-2/inventer/

Découvrir visiter un Fablab : sortie scolaire ?

http://www.netpublic.fr/2014/02/fablab-pedagogique/

Fablab pédagogique Sceren CRDP

http://www.educavox.fr/search?q=fablab&Search=&t%5B%5D=&t%5B%5D=&t%5B%5D=&t%5B%5D=&t%5B%5D=

Définition:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fab_lab

http://fablabo.net/wiki/Histoire_des_Enjeux

http://carrefour-numerique.cite-sciences.fr/fablab/wiki/doku.php?id=charte

Historique:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fab_lab

http://fablabo.net/wiki/Histoire_des_Enjeux

Espace de  bricolage

ou Une troisième révolution industrielle ?

http://www.franceculture.fr/oeuvre-makers-la-nouvelle-revolution-industrielle-de-chris-anderson

http://fr.wikipedia.org/wiki/Troisi%C3%A8me_r%C3%A9volution_industrielle

-rupture (révolution)

http://www.liberation.fr/economie/2013/06/30/utopies-numeriques_914824

http://www.liberation.fr/economie/2013/06/30/fab-labs-la-grande-bidouille_914807

http://www.monde-diplomatique.fr/2012/06/BLANC/47868

les limites:

http://www.lagrottedubarbu.com/2013/12/17/coup-de-gueule-appel-a-projet-du-ministere-sur-les-fablab-ou-comment-nous-nous-sommes-faits-fleurettifies/

les espaces non dénommés FABLAB :

http://www.internetactu.net/2014/10/20/fab-labs-makerspaces-etc-imaginer-lavenir-des-ateliers-de-fabrication-numerique/

Enjeux sociaux

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fab_lab

http://esr.ibiblio.org/?p=5558

http://www.liberation.fr/economie/2013/06/30/fab-labs-la-grande-bidouille_914807

http://www.monde-diplomatique.fr/2012/06/BLANC/47868

http://www.latribune.fr/blogs/produire-autrement/20120528trib000700629/pourquoi-un-tel-engouement-pour-les-pratiques-do-it-yourself-.html
http://www.manpowergroup.fr/fablab-formation-professionnelle/

Enjeux économiques

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fab_lab

http://alternatives-economiques.fr/blogs/gadrey/2014/09/28/jeremy-rifkin-l%E2%80%99internet-des-objets-et-la-societe-des-barbapapa/

http://www.telerama.fr/idees/jeremy-rifkin-ce-qui-a-permis-le-succes-inoui-du-capitalisme-va-se-retourner-contre-lui,117006.php

http://www.liberation.fr/economie/2013/06/30/fab-labs-la-grande-bidouille_91480714/06/17/innovation-utilisateurs-service-fablabs-digital-nouveaux-modeles-dentreprise-les-resumes-de-18-articles/

http://www.global-et-local.eu/?Ecodesign-Fab-Lab-de-Montreuil

http://www.wedemain.fr/L-agriculteur-qui-prepare-la-revolution-open-source_a223.html

des exemples:

http://fablabo.net/wiki/Fablab_F_aire (adresses des fablab français+ liens)

http://www.netpublic.fr/2014/09/fablab-16-projets-documentes-et-comment-documenter/

http://carrefour-numerique.cite-sciences.fr/fablab/wiki/doku.php?id=charte

https://ideaslab.insa-strasbourg.fr/fablab/charte/14-fablab

fablab dans le monde scolaire et dans le monde culturel :

http://fablabatschool.org/

http://www.faclab.org/actualites/

http://www.netpublic.fr/2014/06/fablab-en-bibliotheque-mode-d-emploi/

http://www.pearltrees.com/u/41650712-netpublic-bibliotheque

http://www.agorabib.fr/index.php/topic/1550-espaces-innovants-co-working-fab-lab/

http://www.enssib.fr/breves/2013/06/19/fab-lab-et-bibliotheque

http://www.educavox.fr/culture-web/article/un-fablab-au-college-blog-de

http://bibliomancienne.wordpress.com/2012/10/10/les-fab-labs-en-bibliotheque-nouveaux-tiers-lieux-de-creation/

http://editions-hyx.com/en/mediatheque/artisans-numeriques

Perspectives

http://www.internetactu.net/2014/10/20/fab-labs-makerspaces-etc-imaginer-lavenir-des-ateliers-de-fabrication-numerique/

en annexe :la  charte

http://fablab.fr/projects/project/charte-des-fab-labs/

vidéo:https://www.youtube.com/watch?v=U0A-avglEG0

http://www.franceculture.fr/oeuvre-makers-la-nouvelle-revolution-industrielle-de-chris-anderson

http://www.tinkuy.fr/conseil/connaissez-vous-l-ecologie-open-source-les-fab-lab-et-les-imprimantes-3d

audio:http://www.franceinter.fr/emission-3d-le-journal-fablabs-et-comment-ca-va-avec-la-photo

Projet Manche +  doc pdf

http://www.manchenumerique.fr/En-un-clic/Espace-Presse

Les communs :

http://www.ritimo.org/article5397.html

Impression 3D fusils USA:

http://www.theverge.com/2013/4/12/4209364/guns-want-to-be-free-what-happens-when-3d-printing-and-crypto-anarchy

 

Documents associés complémentaires

Barbapapa

Barbapapa

"La société des Barbapapa"
Les éditions du dragon d'or
Licence : Tous droits réservés -- Copyright
L'imprimante 3D

L'imprimante 3D

Licence : Domaine Public
Une imprimante 3D

Une imprimante 3D

Owni
Licence : Creative commons - by
La charte des Fablabs
La charte des Fablabs
fablab.fr
Licence : Licence inconnue -- D.R.
Fablabs, et comment ça va avec la photo ?
Fablabs, et comment ça va avec la photo ? (Vidéo)

Vidéo

"3D ,le journal" par Stéphane Paoli,émission France Inter du 24/11/2013 avec Emmanuelle Roux ,Fabien Eychenne ,Raphaël Gorgé,Mario Fourmy et Hervé Charles
France Inter
Licence : Tous droits réservés -- Copyright
 

Notes de lecture

Utopies numériques

Jeremy Rifkin, l’Internet des objets et la société des Barbapapa

Imprimer le réel à portée de main

Fablab la grande bidouille

Les « fab labs » ouvrent l’ère du bricolage numérique

Guns want to be free